L'étrange disparition de 500 chats en Essonne...

Publié le par Ricard Bruno

Un collectif recense les disparitions constatées depuis deux ans dans le département, afin de pouvoir porter plainte. La SPA et la fondation Brigitte Bardot soutiennent la démarche des bénévoles.

L'étrange disparition de 500 chats en Essonne...

«J'ai perdu un premier chat en février, Malice, une européenne tigrée et pucée, raconte Sophie, du collectif Chats disparus 91 Essonne. J'ai alors fait toutes les démarches classiques: avis de recherche dans la rue, flyers dans les boîtes aux lettres… puis je me suis tournée vers Internet.» C'est là que la jeune femme constate le nombre inquiétant de disparitions de félins non loin de chez elle. «Mais c'est quand mon deuxième chat, Chupa, a disparu en avril, que je me suis dis qu'il y avait quelque chose d'étrange et qu'il fallait agir». En mai, elle cofonde avec Marion, également propriétaire malheureuse de chats, le collectif Chats disparus 91 Essonne. Leur but: recenser les «minets» perdus dans le département. Bien vite rejointes par deux autres bénévoles, ils tentent aujourd'hui de porter une plainte collective contre la disparition de près de 500 félidés en un peu plus de deux ans. Un trafic de félins dans la région? «Nous n'avons pas le chiffre précis, explique Sébastien, également membre du collectif. On recense les disparus grâce aux sites de recherche comme Pet alert ou chat-perdu.org mais on ne peut pas compter tous les avis de recherche chez les vétérinaires ou dans les rues…» Le bilan provisoire, sous-estimé, pourrait d'ailleurs augmenter avec la récente médiatisation du collectif. «En 24 heures, on a reçu plus de 60 messages sur le groupe facebook. Avant, on allait vers les gens pour recueillir leurs témoignages, maintenant ce sont eux qui nous sollicitent» détaille Sophie. Au petit collectif désormais de réussir à traiter toutes les informations. «On est en train de contacter les propriétaires pour leur faire remplir à tous une fiche de disparition et avoir leur accord pour porter plainte en leur nom.» Plusieurs hyptohèses, certaines fantaisistes, circulent pour expliquer ces disparitions. Chats kidnappés pour être mangés, revendus à des laboratoires pour des tests, dépecés pour leur peau… Le collectif, lui, refuse de verser dans le trop d'imagination. «On n'accuse personne car on n'a pas vraiment de piste. Tout ce qu'on dit c'est qu'il y a quelque chose derrière tout ça, probablement un trafic». Ce sera à la Justice, si une enquête est ouverte, de trouver les coupables. Une justice encore peu efficace pour les animaux En France, porter plainte pour la disparition d'un compagnon domestique est quasi-impossible: seule une plainte collective massive a une chance d'aboutir. «Si on est seul, on nous répond que ce n'est qu'un animal, qu'on ne peut pas porter plainte pour ça…» regrette Sophie. «Le statut des animaux a changé récemment, espérons que les choses évolueront sur le terrain!» En avril, le statut juridique des animaux dans la loi française est passé de «bien meuble» à «être vivant doué de sensibilité». Des associations comme la SPA ou la Fondation Brigitte Bardot soutiennent désormais les quatre bénévoles dans leur démarche de recensement et de plainte. Le collectif a alerté par lettre le procureur de la République de sa démarche, et attend d'avoir monté un solide dossier avant de pouvoir porter plainte. En 2012, on comptait 11 millions de chats en France. Un chiffre en constante augmentation qui conforte le mammifère à moustache à la première place des animaux domestiques préférés des Français.

Source : Lee Figaro.fr

Commenter cet article

assurance chien 25/06/2014 08:51

Il y a beaucoup de restaurants chinois dans l'Essonne?!