Brigitte Bardot en couverture de Paris Match...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot en couverture de Paris Match...de cette semaine !

Celle qui imposé la femme moderne avant de devenir une légende fêtera en septembre ses 80 ans. Elle a reçu Paris Match chez elle, à la Madrague.

L’odeur des eucalyptus verts et des lauriers roses accompagne mes pas sur l’allée de gravier qui conduit à «La Madrague». A droite, à l’ombre des oliviers, une centaine de petites tombes et des noms de compagnons à quatre pattes. Dans le grand salon blanc m’attend Bri, notre Bardot. Autour d’elle mille souvenirs d’une vie. Amincie et souriante, appuyée sur ses cannes elle conserve encore et toujours cette silhouette unique d’où émerge cette élégance corporelle incomparable. Elle dégage une énergie et une bonne humeur communicatives à travers nos cinquante-quatre ans d’amitié. Deux petites fleurs rouges du jardin soulignent ses cheveux joliment relevés. Près de la cheminée, sur le mur, le symbole des années Match. Telle une mosaïque de photos réduites les 39 couvertures que le journal lui a consacrée. Une vie complète de star de 50 centimètres sur 60 centimètres. Par la baie vitrée le ponton aujourd’hui vide s’avance vers la mer. Les lèvres de la plus célèbre moue planétaire ne connaissent plus le goût du champagne, mais celui du cidre rosé que nous partageons. Paris Match. Tu es le symbole d’une certaine émancipation féminine. Si tu faisais le point, une fois pour toutes ? Brigitte Bardot. Le point sur quoi ? L’émancipation des femmes, je n’y suis pour rien. J’ai vécu comme j’en avais envie et je continue, mais je suis à la fois libre et dépendante de l’homme que j’aime. Quel regard jettes-tu sur le temps qui passe ? Je respecte la loi naturelle de la vie, sans la contredire. Le temps m’a beaucoup appris. J’essaie de transmettre, je suis sereine. Dans « La vérité » de Clouzot, tu interprètes une femme qui tue par amour. Ce rôle te ressemble-t-il ? Un peu, sauf que je n’ai tué personne. Je l’ai joué à ma manière, passant, comme dans ma vie, de l’impertinence à la grande détresse. J’ai failli en mourir. Ta détermination a souvent dérangé les bien-pensants. As-tu évolué ? Je continue à choquer les simples d’esprit, les médiocres et les sectaires. Je dirai toute ma vie ce que je pense, que ça plaise ou non. "J'ai souffert du manque de liberté que m'imposait cette célébrité encombrante" Comment réagissais-tu devant la “bardolâtrie” ? Ça m’est passé bien au-dessus de la tête. Ce sont les autres qui ont inventé ces trucs-là. Moi, j’ai toujours vécu de la même façon, ne me prenant pas au sérieux et souffrant souvent du manque de liberté que m’imposait cette célébrité encombrante. As-tu aimé comme tu le désirais ? Oh ! oui. J’ai aimé beaucoup, passionnément, à la folie et pas du tout, mais j’ai aimé et je continue d’aimer. C’est dans ma nature. Je pose tes hommes et n’en retiens qu’un. Lequel ? Le prochain. Toi qui fus le visage de Marianne, te sens-tu profondément française ? Je suis française “de souche lointaine” et fière de l’être. Je déplore simplement que mon si beau pays se détériore à tous les points de vue. C’est criminel de le soumettre à la bassesse. Si Marine Le Pen arrive aux responsabilités, accepterais-tu un poste de conseillère pour la protection du monde animal ? Marine sait ce qu’elle doit faire et n’a pas besoin de mes conseils. Je souhaite qu’elle sauve la France, elle est la Jeanne d’Arc du XXIe siècle ! Sincèrement, que t'inspire l'approche de tes 80 ans ? Ma vie est tellement remplie que je n'ai pas le temps d'y penser. Les autres y pensent pour moi. Je vis au jour le jour. Christian Brincourt est l’auteur, avec Marc Brincourt, de « Brigitte Bardot, la petite fiancée de Match », éd. Glénat.

Source : Paris Match : Cliquez ICI

Brigitte Bardot en couverture de Paris Match...

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pignot 24/08/2014 11:29

Brigitte tu est mon idole je t'adore 3> 3> 3> 3> 3> 3> 3> 3> 3> 3> 3> 3> 3>