Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

Publié le par Ricard Bruno

Petite précision concernant l'interview que Brigitte Bardot à donné au magazine Elle, une partie de l'interview a été "squeezé" car Brigitte Bardot dénonçait le fait que le magazine Elle faisait la promotion de la fourrure...

Bruno Ricard

Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

Si libre, si belle, si stylée, la première icône de ELLE, c’est elle. Aujourd’hui, l’éternelle BB fête ses 80 ans et nous accorde une rare interview. L’occasion de revenir sur les photos qui firent son succès et celui du magazine, avec David Teboul, réalisateur de « Bardot, la méprise »*. * DVD Arte Editions, sortie le 24 septembre. (J'ai participé de très près à ce documentaire sur Brigitte Bardot...Bruno Ricard )

Elle est l’incarnation définitive de la femme libre et insoumise. D’elle, Simone de Beauvoir disait : « Elle combine le fruit vert et la femme fatale. » Brigitte Bardot, icône absolue des années 60 et fantasme de plusieurs générations, fut repérée à 14 ans par Marc Allégret sur une couverture de ELLE. Elle voulait être danseuse, elle sera actrice, avant d’abandonner sa carrière pour se consacrer à la défense des animaux. Le 28 septembre prochain, Brigitte Bardot fêtera ses 80 ans. Elle publie à cette occasion un livre hommage à tous ceux qui se sont engagés dans le même combat, « Mes as de coeur ! » (Arthaud). Réfugiée dans son domaine de la Madrague, elle ne donne plus d’interview en tête en tête. Mais accepte d’évoquer avec nous ses souvenirs à distance.

Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

ELLE. En 1949, à l’âge de 14 ans, vous apparaissez en couverture de “ELLE”… Brigitte Bardot. Oh, je m’en souviens. Ce fut le point de départ de ma vie publique telle que vous la connaissez tous… ELLE. Vous étiez une insoumise. Pensez-vous avoir contribué à l’évolution des mœurs ? B.B. J’étais, je suis insoumise, absolument. Quant aux mœurs, elles n’évoluent pas, elles régressent lamentablement, votre journal devrait s’interroger à ce sujet… ELLE. Vous êtes l’une des premières icônes de mode françaises. A croire que vous aviez un sens inné du style ! B.B. J’inventais inconsciemment des modes en ne suivant jamais la mode. J’ai fait scandale parfois ! A l’Elysée, entre autres, en 1967 : invitée par le général de Gaulle à une réception des arts et des lettres, je suis arrivée les cheveux défaits, en pantalon et veste militaire d’opérette à brandebourgs. Sa femme ne pouvait pas me voir.

Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

ELLE. Un jour, vous entrez dans la boutique de Jean Bouquin à Saint-Tropez, À la recherche d’une robe pour une séance photos pour “Elle”. Il est devenu votre couturier fétiche. B.B. Jean Bouquin a été, pour moi, le plus formidable couturier du monde. Avec des tissus précieux ou des « chiffonneries », il fabriquait à la va-comme-je-te-pousse de somptueuses robes qui ne ressemblaient à aucune autre et qui avaient une allure unique. Certaines étaient si mal cousues qu’elles se décousaient au bon moment, laissant apparaître les jambes ou la poitrine. C’était génial et rigolo ! Il était assez précurseur, il a lancé la saharienne et le smoking avant Yves Saint Laurent. Jean Bouquin est mon ami, fidèle et merveilleux, et il le restera toujours. ELLE. Vous étiez un objet de fantasme, vous avez eu tous les hommes à vos pieds… Et pourtant vous dites que vous vous trouviez moche » ? B.B. Contrairement à beaucoup d’autres femmes, je n’ai jamais été sûre de moi. C’est probablement ce doute qui ne m’a jamais quittée qui m’a donné par réaction cette impertinence, cette insoumission.

Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

ELLE. Vous avez été adulée mais aussi violemment attaquée, une femme vous a même agressée avec une fourchette. Quels souvenirs en gardez-vous ? B.B. Je préfère toujours oublier les mauvais souvenirs. ELLE. C’est cette violence qui vous a fait arrêter le cinéma en 1973 ? B.B. Non, ce n’est pas la menace d’une fourchette qui a fait basculer ma vie… Il m’en faut plus que ça ! J’avais en moi depuis longtemps un besoin viscéral de dédier ma vie aux animaux. ELLE. Une loi a été promulguée cette année, affirmant que les animaux ne sont pas des « meubles » et reconnaissant leurs souffrances. La France progresse, cela vous rassure ? B.B. La précédente loi datait de Napoléon Ier. Elle aurait dû être changée depuis belle lurette ! ELLE. Dans votre livre « Mes as de cœur ! », vous rendez hommage à ceux qui se sont engagés pour la défense des animaux. Qui vous a le plus marquée ? B.B. Je les ai tous (ou presque) plus ou moins rencontrés. Ce sont des gens admirables. Ils m’ont tous apporté quelque chose d’essentiel mais ils ont surtout apporté énormément à la cause des animaux. Ce livre est axé plus sur les autres que sur moi-même. Il est exemplaire pour le combat que nous menons et qui doit être encouragé. ELLE. Etes-vous végétarienne ? B.B. Oui, absolument, et j’engage vos lectrices à le devenir ! ELLE. D’où vous vient cet amour pour les animaux ? Les hommes vous ont-ils vraiment trop blessée ? B.B. Je porte en moi l’amour des animaux depuis ma naissance. Quant aux êtres humains, ils ont encore beaucoup de progrès à faire pour ressembler aux animaux et nous apporter autant d’amour qu’eux.

Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

ELLE. Vous avez dit : « J’ai donné ma jeunesse et ma beauté aux hommes, maintenant je donne ma sagesse et mon expérience aux animaux… » B.B. Les animaux m’ont sauvé la vie. Sans eux, je crois que je n’aurais pas supporté de continuer à vivre. ELLE. Dans votre filmographie, quel est le film dont vous êtes le plus fière ? B.B. « La Vérité », de Clouzot, et aussi « L’Ours et la Poupée », de Deville. ELLE. De toutes vos histoires d’amour, y en a-t-il une qui vous a le plus marquée ? B.B. Oui, celle que j’ai vécue en rêve.

Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

ELLE. Vous n’avez pas souvent été seule dans votre vie… B.B. J’ai longtemps détesté la solitude. J’ai fini par l’apprivoiser, elle me tient compagnie. ELLE. Vous venez d’être arrière-grand-mère, quels sont vos rapports avec votre famille ? B.B. Ça ne regarde personne. ELLE. Vous fêtez vos 80 ans, alors que peut-on vous souhaiter ? B.B. « Bon anniversaire ! »

Interview : Brigitte Bardot, la première icône de ELLE

Publié dans le web en parle

Commenter cet article

eva freon 04/09/2014 20:56

ENCORE ET ENCORE ......ON EN APPREND TOUS LES JOURS ...HA C EST MA FACON DE ME REPOSER ....LIRE TOUT SUR BRIGITTE MERCI

elisa 04/09/2014 19:44

Comme c'est plaisant de revoir ses photos, qu'on n'a pas oubliées.