Victor Hugo, Sacha Guitry, Brigitte Bardot... découvrez les plus belles déclarations d'amour

Publié le par Ricard Bruno

EXPOSITION – Le Musée des lettres et des manuscrits, à Paris, présente jusqu'au 15 février 2015 ''Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime – Correspondances amoureuses''. L'occasion de découvrir une centaine de lettres d'amour écrites par des romanciers, des chanteurs ou des acteurs aux styles très différents.

Victor Hugo, Sacha Guitry, Brigitte Bardot... découvrez les plus belles déclarations d'amour

A l'heure des sextos, cette visite a un délicieux parfum de nostalgie. Le Musée des Lettres et des manuscrits, à Paris, présente ''Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime – Correspondances amoureuses'', une exposition qui réunit une centaine de lettres d'artiste aux styles très différents. ''C'est probablement le genre épistolaire le plus délicat, dans la mesure où toute la difficulté réside dans la recherche du bon mot pour exprimer un sentiment qui tient de l’ineffable'', explique en préambule Estelle Gaudry, commissaire de l'exposition.

Le parcours s'ouvre sur la missive enflammée de Léon Bloy à sa femme Jeanne Molbech. ''Je n'ai rien à te dire, sinon que je t'aime (…) Je voudrais pouvoir tirer mon cœur de ma poitrine pour te le donner'', lui déclare le romancier à la fin du XIXe siècle. Les mots de René Char sont tout aussi émouvants. En 1937, sur le papier à en-tête d'un restaurant, le poète écrit à son amante : ''Je t'aime, je t'emporte en moi, je te prends en moi, je t'aime (…) Chaque lettre de mon amour est un peuple indénombrable.

'' Les lèvres de Brigitte Bardot"

Quelques-unes des 20 000 lettres échangées entre Victor Hugo et Juliette Drouet sont également présentées ici. Sur l'une d'elle, l'écrivain fait à sa maîtresse cette magnifique déclaration : ''Le jour où ton regard a rencontré mon regard pour la première fois, un rayon est allé de ton cœur au mien, comme l'aurore à une ruine''. Les billets doux de Sacha Guitry se révèlent tout aussi inspirés. Sur des bouts de papier, l'écrivain note à l'intention de sa seconde épouse Yvonne : ''Je t'écris parce que j'ai envie de t'écrire, j'ai envie de t'écrire parce que je pense à toi, je pense à toi parce que je t'aime.

'' Autre auteur, autre style. Peu après sa rupture avec George Sand, Alfred de Musset mise sur la discrétion et termine le message destiné à sa nouvelle conquête par ce mystérieux code : ''j.s.a.f.d.v'', soit ''je suis fou amoureux de vous.'' Un acronyme bien éloigné du lyrisme d'Edith Piaf. Dans les années 1950, la chanteuse poste ainsi au cycliste Louis Gerardin : ''Jamais je ne me suis sentie si bien, si près du bonheur complet, tout commence et fini par toi, je veux que tu sois l'unique. Emmène moi vers la vie.

'' Une exaltation qui ne semble pas toucher Mick Jagger quand il envoie des nouvelles à Tish Ladden, sa petite amie du moment, et dans lesquelles il glisse un simple ''mon amour XXX que j'aime''. Quant à Brigitte Bardot faisant part de son désir à Jacques Cherrier, elle laisse, elle, sur le papier, l'empreinte de sa bouche. Une évocation bien plus parlante qu'un long discours.

''Je n'ai rien à dire sinon que je t'aime'' jusqu'au 15 février au Musée des lettres et des manuscrits, 222, boulevard Saint-Germain, Paris VII. Tarifs : 5 et 7 €.

Source : Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article