Brigitte Bardot, Isabelle Adjani, Grace de Monaco : Des écrits intimes dévoilés

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot va voir un de ses écrits personnels vendu aux enchères. La missive de l'icône - qui vient de fêter ses 80 ans - fait partie d'un lot de lettres appartenant à la collection de Claude de Flers, issu d'une famille de lettrés, qui a décidé de mettre en vente 1 500 documents de femmes célèbres, souveraines, artistes ou actrices. La vente est organisée par la maison Ader Normann et aura lieu à Paris les 18 et 19 novembre. La lettre de Brigitte Bardot en question, datée de 1967, est celle qu'elle a écrite à un directeur artistique de Philips. Elle demandait de ne sortir en aucun cas le titre Je t'aime moi non plus, enregistré avec Serge Gainsbourg. Une chanson sensuelle, voire sulfureuse, qui avait provoqué la colère de Gunther Sachs, mari de BB à l'époque, après avoir été diffusée à la radio. Son prix est estimé entre 2 500 et 3 000 euros.

Si l'on peut trouver une lettre d'Isabelle Adjani à Pierre Dux pour un prix estimé entre 2 000 et 2 500 euros - elle explique qu'elle démissionne de la Comédie-Française pour se consacrer au cinéma -, des mots d'Edith Piaf à son premier mari ou encore une lettre de Grace de Monaco à la professeure de Stéphanie qui n'avait pas fait sa leçon, certains écrits ont une valeur qui atteint plusieurs dizaines de milliers d'euros. La plus chère est un document rare qui pourrait se vendre entre 35 000 et 40 000 euros : une lettre de Catherine d'Aragon (1487-1536), reine d'Angleterre et femme d'Henry VIII, qui demande au pape son soutien face à son mari qui veut la répudier pour épouser Anne Boleyn. Leur divorce ne sera pas reconnu par Rome et le roi décidera alors de fonder l'église anglicane pour obtenir ce qu'il souhaite. Brigitte Bardot et son mari Gunther Sachs auront eu raison du titre Je t'aime, moi non plus puisqu'il n'a pas été publié, mais une seconde version a été faite, avec Jane Birkin cette fois. Son influence, l'ancienne actrice et personnalité controversée a décidé depuis des années de la mettre au service de la protection des animaux. Elle vient ainsi de publier une lettre ouverte pour demander au président du Népal d'interdire "le plus grand sacrifice collectif d'animaux au monde", prévu pour la fête de Gadhimai dans deux semaines dans le sud du pays himalayen. Un rituel hindou qui, célébré tous les cinq ans, rassemble environ 5 millions de fidèles, qui viennent sacrifier des centaines de milliers d'animaux afin de "chasser le diable". En 2009, plus de 250 000 bêtes (buffles, cochons, chèvres...) avaient ainsi été sacrifiées en deux jours, précise Le Parisien.

Source Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Commenter cet article