Carcassonne : Un SDF reconnu coupable de graves sévices sur son chien

Publié le par Ricard Bruno

Carcassonne : Un SDF reconnu coupable de graves sévices sur son chien

Le prévenu a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. La SPA et la Fondation Brigitte Bardot s'étaient constituées parties civiles.

Louis, qui fait 'la manche' sur le parking d'un supermarché de la Bouriette depuis belle lurette, avait encore bu deux ou trois litres de bière, le matin du 24 mai. Et autant l'après-midi ! "Ce n'est pas une raison pour s'acharner sur son chien", estime la présidente du tribunal. "Ce n'est pas une circonstance atténuante, mais au contraire aggravante".

Le prévenu a été condamné, hier, à 6 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve (pendant 2 ans), pour 'sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif'. Depuis, son chien a été confié à la Société protectrice des animaux. Et Louis a désormais interdiction, à titre définitif, de détenir tout animal domestique. La SPA s'était d'ailleurs constitué partie civile. Tout comme la Fondation Brigitte Bardot. Défendues par Me Solère-Rius et Me Sarda, les deux associations ont obtenu les dommages et intérêts qu'elles demandaient : 1 € symbolique pour la première ; 300 € pour la seconde

Un policier blessé

Ce 24 mai, des témoins avaient alerté les policiers après avoir vu le SDF "s'acharner sur un chien, à coups de pieds et de poings, sans raison particulière". Le propriétaire du chien a opposé une vive résistance au moment de son interpellation, blessant notamment un policier à un doigt. "Il reconnaît les faits qui lui sont reprochés", souligne l'avocate du prévenu. "Mais il en a une interprétation différente", précise Me Pépin. Le SDF avait en effet expliqué que s'il avait "peut-être porté des coups" à son chien, c'est "qu'il tentait de fuir", et qu'il avait peur qu'on le lui vole. "Les voyous recherchent les chiens comme celui-là, de catégorie 1". Et s'il s'est rebellé, c'est parce qu'il craignait qu'on lui vole ses affaires : un vieux blouson et un modeste téléphone portable, laissés sur place. Ses interprétations n'ont pas convaincu les juges.

Source : Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article