Faeryland : entre tournage et manifestation

Publié le par Ricard Bruno

Ils étaient nombreux ce dimanche 25 janvier à avoir bravé le froid pour se rendre sur l’esplanade du Trocadéro. L’enjeu était de taille puisque, face à la tour Eiffel, avait lieu une grande manifestation de sensibilisation à la cause animale. Et ce, dans le cadre du tournage du film « The man who dreamed of Faeryland », de Magà Ettori.

De nombreuses associations partenaires de Faeryland

De nombreuses associations partenaires de Faeryland

Contrairement à de nombreuses manifestations, « Faeryland » n’a pas eu pour mission de défendre un seul aspect de la cause animale. Au contraire, elle avait pour particularité d’englober ses différents aspects : vivisection, fourrure, gavage des oies, corrida, maltraitance des chiens Galgos ou encore véganisme ont été abordés, notamment à travers des mises en scène aussi choquantes que réalistes.

En effet, si certaines d’entre elles sont allées jusqu’à « donner envie de vomir » à des passants visiblement « choqués que l’on accorde plus d’importance aux animaux qu’aux humains », elles n’en étaient pas moins criantes de vérité. Une bonne occasion, sans doute, d’inviter les nombreux touristes à réfléchir à la cause défendue par les militants.

Moteurs… Action ! Mais cette interpellation n’a pas toujours eu l’effet escompté : pour les besoins du film « The man who dreamed of Faeryland », l’esplanade du Trocadéro s’est transformée en une arène dans laquelle les militants étaient invités à jouer comme s’ils assistaient à une corrida. Brandissant leurs poings serrés, ils ont fait entendre leur voix à coups de « corrida, basta ! » Un slogan qui n’a pas plu à tout le monde : « c’est n’importe quoi, la corrida fait partie de notre patrimoine », a-t-on pu entendre.

Les critiques ne sont toutefois pas venues à bout des défenseurs des animaux, plus investis que jamais. Il reste bien du chemin à parcourir avant de parvenir à faire changer les mentalités : les réflexions des passants en sont la preuve.

Le tournage terminé, Magà Ettori a chaleureusement remercié les nombreuses associations ayant répondu à son appel. Pour le réalisateur, la prochaine étape sera sûrement la plus difficile : après la post-production, commencera alors « la grosse bataille pour la diffusion ».

Source de l'article : Cliquez ICI

Magà Ettori et un berger blanc Suisse « qui n’en est pas à sa première manif »

Magà Ettori et un berger blanc Suisse « qui n’en est pas à sa première manif »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article