Lille: Bataille autour d'un combat de coqs

Publié le par Ricard Bruno

Combat de coqs à Gondecourt, avec l'autorisation de la Société Historique Gondecourtoise

Combat de coqs à Gondecourt, avec l'autorisation de la Société Historique Gondecourtoise

ma gauche, la tradition des combats de coqs en Nord-Pas-de-Calais. A ma droite, la fondation Brigitte-Bardot. Au centre, la préfecture du Nord. Le décor est planté à Gondecourt, une petite commune au sud de l'agglomération lilloise.

Un combat de coqs y est organisé le 1er mars, au grand dam de la fondation Brigitte Bardot, qui s'est fendue d'une lettre ouverte au préfet du Nord.

Lille: Bataille autour d'un combat de coqs

«Nous comptons sur votre prompte intervention pour prendre toutes les mesures qui s'imposent afin d'empêcher l'organisation de ces combats clandestins», écrit la fondation, fustigeant au passage la tolérance des «autorités locales je-m'en-foutistes». «Honte à Gondecourt», lit-on aussi sur Facebook, où une internaute s'indigne de voir l'événement gratuit pour les moins de 16 ans... «Tradition locale ininterrompue» L'association rappelle à bon droit que les combats de coqs sont interdits en France depuis 1964, au motif qu'ils infligent «des sévices graves et actes de cruauté» aux animaux, selon l'article R521-1 du code pénal. Mais cette interdiction ne s'applique pas dans les «localités où une tradition ininterrompue peut être établie». C'est pourquoi des combats de coqs se tiennent encore dans certaines communes du Nord-Pas-de-Calais, où subsiste un gallodrome (l'arène où se tiennent les combats) historique, à l'instar de Hantay, Tourmignies ou Vieux-Condé pour les plus connues.

Détail d'une œuvre de Rémy Cogghe, conservée au musée de la Piscine de Roubaix - Musée de la Piscine

Détail d'une œuvre de Rémy Cogghe, conservée au musée de la Piscine de Roubaix - Musée de la Piscine

«Beaucoup d'amateurs» Problème: à Gondecourt, les combats n'ont repris qu'en 2013, dans une salle appartenant à la mairie... Et l'article R521-1 réprime justement la «création d'un nouveau gallodrome». «On n'avait pas de salle mais il y a beaucoup d'amateurs et de coqueleux (les éleveurs de coqs de combats)», plaide Magalie Christiaens, qui fait partie de l'organisation du 1er mars. Les combats ont d'ailleurs été relancés avec l'aide de la Société Historique Gondecourtoise, qui saluait en 2013 la résurgence d'une «tradition plus que doublement millénaire». Les organisateurs assurent disposer d'une autorisation préfectorale délivrée il y a plusieurs semaines. Contactée, la préfecture du Nord précise qu'il ne s'agirait que d'une autorisation «sanitaire», délivrée classiquement pour tout rassemblement d'animaux. EDIT 17h: Détails sur l'autorisation sanitaire

Source de l'article : http://www.20minutes.fr/lille/1550159-20150226-lille-bataille-autour-combat-coqs

Commenter cet article