Reconnu coupable d’avoir sauvagement tué un chien, un Lillérois condamné

Publié le par Ricard Bruno

Tommy, un chien de race Jack russel, avait été retrouvé pendu dans un bois de Lillers, une oreille coupée et le corps lardé de coups de couteau. Un Lillérois a été condamné ce mercredi matin pour cet acte de cruauté envers un animal.

 

Les défenseurs des animaux avaient manifesté devant le palais de justice avant le procès, lundi dernier.

Les défenseurs des animaux avaient manifesté devant le palais de justice avant le procès, lundi dernier.

L’affaire avait mobilisé les associations de défense des animaux. Une trentaine de membres de l’association Cause animale Nord s’était d’ailleurs rassemblée devant le palais de justice béthunois, lundi dernier, déployant des banderoles réclamant « Justice pour Tommy » , et avait assisté au procès. Comme la Fondation Brigitte Bardot et l’association Trente millions d’amis, elle s’était également constitué partie civile. Les défenseurs des animaux réclamaient une peine exemplaire pour le Lillérois de 24 ans jugé pour acte de cruauté envers un animal. C’est lui qui est suspecté d’avoir infligé des souffrances au chien de sa compagne. « Un chien qu’on a pris en charge au décès de son propriétaire. Il devait être euthanasié, expliquait la semaine dernière Antony Blanchard, le président. On l’a fait adopté par une famille à Burbure mais on a eu la surprise de la retrouver pendu, une oreille coupée et des coups de couteau dans les reins. » Des accusations qu’avait niées le Lillérois, clamant que « toute personne qui me connaît sait que je ne peux pas faire ça ». Persuadé de sa culpabilité, le procureur avait requis quatre mois de prison avec sursis avec un travail d’intérêt général, Mes F.-X. Brunet et Faliva avaient, eux, demandé des dommages et intérêts pour les associations. Défendant un homme qui a toujours nié, Me Huré avait de son côté plaidé la relaxe. Une peine assortie de l’interdiction de détenir un animal pendant deux ans Ce mercredi matin, pour la lecture du délibéré, ni le prévenu ni les associations de défense des animaux n’étaient présents. Seul l’avocat de K. D., Me Huré, est venu écouter la décision : trois mois de prison avec sursis et obligation d’effectuer un travail d’intérêt général de 105 heures. La juge a également prononcé une interdiction de détenir un animal pour une durée de deux ans. Le Lillérois devra également verser des dommages et intérêts aux trois associations : 1 000 € à Cause animal Nord, 300 € à la fondation Brigitte Bardot et 300 € à l’association Trente millions d’amis.

Source : Cliquez ICI : http://www.lavoixdunord.fr/region/reconnu-coupable-d-avoir-sauvagement-tue-un-chien-un-ia32b54012n2654689

Commenter cet article