Lilie, petite chienne maltraitée par ses maîtres, a été sauvée

Publié le par Ricard Bruno

Animaux. La clinique vétérinaire de Fariipiti a partagé son histoire sur le web. Une plainte va être déposée.

Crédit : Clinique Vétérinaire de Tahiti à Fariipiti Mahina Arue (Facebook)
Crédit : Clinique Vétérinaire de Tahiti à Fariipiti Mahina Arue (Facebook)
Les internautes sont de nouveau sous le choc après la publication de photographies d'un animal maltraité par ses maîtres. La clinique vétérinaire de Fariipiti a partagé hier jeudi, l'histoire de la chienne Lilie. La clinique l'a recueillie le 4 avril dernier.
"Attachée en permanence par ses propriétaires, la corde lui a cisaillé les muscles du cou. Kidnappée pour son bien par le voisinage afin de la soustraire à la cruauté de ses propriétaires, Lilie a été soignée à la clinique et est aujourd'hui sauvée", expliquent les vétérinaires sur les réseaux sociaux.
La clinique annonce qu'une plainte a été déposée contre les propriétaires. Rétablie, Lilie a été mise à l'adoption. Elle a déjà trouvé une nouvelle famille, qu'elle devrait rejoindre dès ce samedi. 

L'année dernière, c'est l'histoire de Blanc Blanc  qui avait ému la toile locale. Son maître, sous l'emprise de l'alcool, l'avait égorgé, car il aboyait trop fort... Le chien avait été recueilli par une vétérinaire qui n'avait malheureusement pas réussi à le sauver. Jugé en janvier dernier, le bourreau de Blanc Blanc a été reconnu coupable de cruauté envers un animal domestique. Il a écopé d'une amende de 15 000 Fcfp et d'une interdiction de détenir un animal. L'homme a aussi été condamné à verser 1Fcfp symbolique de dommages et intérêts à l'association Ia Maitai Te Animara à l'origine de la plainte, et 50 000 Fcfp de dommages et intérêts plus 10 000 Fcfp au titre de l'article 475 à la fondation Brigitte Bardot. Le bourreau a évité la prison. 

Plus récemment, l'histoire de Tuki  a fait le tour du web. Le petit teckel a été retrouvé par sa maîtresse sur une plage, mort, brûlé vif, à quelques mètres du domicile familial. Une pétition a largement circulé afin de retrouver les auteurs de cet acte. L'élan provoqué sur les réseaux sociaux a amené la fondation Brigitte Bardot à s'intéresser à cette histoire. La petite maîtresse de Tuki a reçu une lettre de soutien. Une procédure judiciaire devait être lancée. 
 
 
 
Crédit : Clinique Vétérinaire de Tahiti à Fariipiti Mahina Arue (Facebook)
Crédit : Clinique Vétérinaire de Tahiti à Fariipiti Mahina Arue (Facebook)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Diane 18/04/2015 10:13

on est entourés d'individus malsains qu'on ne soupçonne pas jusqu'au jour où...le problèmes aussi est que certaines plaintes ne sont pas vraiment prises au sérieux et/ou n'aboutissent pas !