Avignon : on leur refuse un logement à cause d’un yorkshire

Publié le par Ricard Bruno

Jean-Marie Frugier, vit à l’hôtel depuis une dizaine de jours. Jean-Marie Frugier, vit à l’hôtel depuis une dizaine de jours.

 
 

En arrivant dans le Vaucluse il y a une dizaine de jours, Jean-Marie Frugier, 78 ans, accompagné de son fils Stéphane, 45 ans, sa compagne et sa fille de 4 ans, pensaient pouvoir y couler des jours heureux. Mais depuis qu’ils sont arrivés de la Réunion, les galères s’accumulent. Impossible pour eux d’avoir un logement.

La dizaine de propriétaires qu’ils ont pu contacter leur a refusé de les avoir comme locataire. « Ah… des “on vous rappellera”, ça on en a eu », déplore Jean-Marie Frugier. Certains sont prêts à accepter la famille, mais pas Dingo. Un yorkshire de 7 ans haut comme deux pommes. La loi est pourtant claire en la matière. En principe un locataire a le droit de détenir un animal domestique. Le propriétaire est en droit de le refuser uniquement s’il s’agit d’un chien dangereux… La famille Frugier lance une bouteille à la mer. Dans l’espoir que la roue tourne en leur faveur d’ici peu. Car, père et fils vivent à “l’Hôtel de l’Île” sur la Barthelasse, à Avignon. La compagne de Stéphane Frugier et sa fillette ont quitté la chambre pour trouver une place dans un foyer.

« Nous avions un peu d’argent de côté. Il est parti dans nos frais d’hébergement et dans une voiture parce que je commence un travail comme carrossier demain (aujourd’hui, Ndlr). Pour l’instant on en est à plus de 4000 euros », comptabilise Stéphane Frugier. Et de ne pas croire que leur situation va perdurer.

L’état de santé de son père pourrait en dépendre. Peu bavard, une grosse veste en laine sur les épaules, il est démoralisé. Ex-patron de restaurants à Paris où il accueillait régulièrement célébrités et politiques, il est ensuite parti en voilier jusque dans l’océan Indien. Il a fini par s’amarrer à La Réunion pour profiter de sa retraite. C’est sur cette île qu’il est devenu le maître de Dingo. Depuis ils font route ensemble.

« La seule solution serait de me jeter dans le Rhône avec mon chien »

À bout psychologiquement, il a envisagé de se séparer de son ami fidèle avant de se raviser. « Il suffit de quelques détails pour que la vie devienne infernale. La seule solution serait de me jeter dans le Rhône avec mon chien », lâche le retraité… « Ne dis pas ça papa, on va s’en sortir, reprend son fils. On ne demande pas l’aumône mais que l’on nous accepte comme nous sommes. Nous avons le droit d’avoir un abri. ».

Hier soir, par soucis d’économie, ce dernier envisageait de laisser son père à l’hôtel et d’aller dormir dans sa voiture. « Avec une couverture, ça devrait aller ».

Source de l'article : Cliquez ICI : http://www.ledauphine.com/vaucluse/2015/09/23/on-leur-refuse-un-logement-a-cause-d-un-yorkshire

Commenter cet article