C R AC : La lettre d'information

Publié le par Ricard Bruno

La lettre d'information

vendredi 11 décembre 2015

Pas après pas

Bonjour,

La fin de l’année 2015 a fait dramatiquement écho à son début. Nous nous sentons solidaires des victimes et de leurs familles. Notre combat s’inscrit dans le rejet de l’obscurantisme et de la haine et cela inclut toutes les formes de vie, humains compris quoi qu’en prétendent ceux qui nous disent que nous ferions mieux de nous intéresser aux humains plutôt qu’aux animaux non humains. L’empathie pour les uns ne retire rien à celle pour les autres.

Il peut parfois sembler aux militants que rien n’avance assez vite sur le chemin qui mène à l’abolition. C’est un sentiment naturel et compréhensible. Pourtant, 2015 aura vu des progrès majeurs.
Tout d’abord, la radiation tant espérée de la corrida de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France. Il s’est agi d’une bataille juridique longue et complexe, menée conjointement par le CRAC Europe et Droits des Animaux. La Cour administrative d’Appel de Paris, dans son arrêt du 1er juin 2015, a déclaré : « La décision d’inscription de la corrida à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France doit être regardée comme ayant été abrogée ». Bien entendu, le lobby taurin a toute liberté d’aller en cassation auprès du Conseil d’État. Mais une telle démarche n’étant pas suspensive, l’abrogation de l’inscription reste effective tant que le Conseil d’État n’en aura pas décidé autrement. La tauromachie est donc officiellement retirée de notre patrimoine.

La deuxième avancée s’est produite au Parlement européen le 28 octobre 2015. Une très large majorité d’eurodéputés de tous bords politiques a voté pour la suppression des subventions européennes à la tauromachie. Que cette décision soit mise en application ou pas dès 2016 ne change rien au fait que 64% des parlementaires soient en sa faveur, en très nette augmentation par rapport au même vote en 2014 qui avait aussi dégagé une majorité, mais sensiblement plus faible. Le verdict est clair et net : l’Europe ne veut plus de ces horreurs.

En troisième lieu, le CRAC Europe a enfin réussi à mettre un terme à l’attente interminable qui a suivi le lynchage de Rodilhan en octobre 2011, grâce entre autres à une cyberaction lancée sur les réseaux sociaux pour sensibiliser avant tout les médias et les politiques. Le procès se tiendra les 14 et 15 janvier 2016 au Tribunal correctionnel de Nîmes. Le CRAC Europe appelle à un rassemblement silencieux à l’extérieur du tribunal pour tous les militants qui souhaitent être présents.

De nombreuses personnes se posent la question légitime du risque de voir tout rassemblement interdit les 14 et 15 janvier 2016 en raison de l’état d’urgence et plus généralement dans les mois à venir. Le préfet peut tout à fait utiliser ce prétexte pour nous interdire de manifester tant que cet état d’urgence sera en vigueur. Pour autant, il n’est pas question en ce qui nous concerne de renoncer à toute action de terrain pour continuer à nous opposer à la tenue de séances de torture animale ou pour montrer notre soutien aux victimes humaines de la violence des aficionados comme les 14 et 15 janvier prochains à Nîmes.

De toute évidence, la salle où se déroulera le procès sera rapidement complète. Celles et ceux qui ne pourront rentrer attendront dehors, comme n’importe quel citoyen a le droit de le faire. Il ne s’agira pas d’une manifestation mais d’un rassemblement aussi prévisible qu’inévitable, que nous appelons à rester silencieux et statique afin de ne pas troubler le déroulement du procès.
Il sera de la responsabilité des autorités d’autoriser ou d’interdire nos appels à mobilisation. Il est de la nôtre d’exprimer nos convictions par des actions pacifiques. Partout, d’autres voix s’élèvent pour réclamer le respect des droits démocratiques les plus élémentaires. Nous planifierons nos actions comme à l’accoutumée et nous les déclarerons en préfecture dans les délais prévus par la loi. Plus que jamais, nous restons mobilisés et déterminés.

En raison de ce procès, notre assemblée générale 2016 n’aura pas lieu à la mi-janvier comme les précédentes années. Elle se tiendra le 7 mai au FIAP Jean-Monnet, 30 rue Cabanis, 75014 Paris. Plusieurs événements importants sont déjà prévus pour l’année à venir. Nous vous en informerons en détails le moment venu.

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe

Prochains événements

le 12 décembre à Bordeaux

La suite +

le 12 décembre à Nice

La suite +

le 19 décembre à Lyon

La suite +

le 03 janvier 2016 à Antibes

La suite +

Derniers comptes rendus

publié le 13 novembre 2015

La suite +

publié le 11 novembre 2015

La suite +

Dernières actus

publié le 1 décembre 2015

La suite +

Aidez les taureaux

Commenter cet article