La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure

Publié le par Ricard Bruno

La Fondation Brigitte Bardot lancera lundi une nouvelle campagne d'affichage contre la fourrure, montrant des loups ensanglantés au côté d'une jeune femme tout sourire protégée par une grande capuche bordée de fourrure.

La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure

Les affiches de la nouvelle campagne de la Fondation Brigitte Bardot seront présentes à Marseille à partir de lundi. Cette nouvelle campagne d'affichage contre la fourrure montre des loups ensanglantés au côté d'une jeune femme tout sourire protégée par une grande capuche bordée de fourrure.

Fourrure: le look qui tue",


est le nouveau slogan de la Fondation, qui dénonce le massacre de "ressources naturelles de plus en plus rares" pour satisfaire "aux caprices d'une société de consommation déconnectée de toute éthique et de tout respect pour l'environnement et les animaux". Plus de mille panneaux seront ainsi installés du 21 au 31 décembre, à Paris mais aussi à Bordeaux, au Havre, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes ou Strasbourg.

Non, la fourrure n'est pas écologique !",


souligne la Fondation Bardot, qui relève que les déjections des élevages engendrent des pollutions et que les produits des tanneries sont toxiques. "Depuis le Moyen Âge, qui a encore besoin de fourrure pour se protéger du froid ?", interroge l'association, poursuivant "le combat historique" de l'actrice.

La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure
La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure
La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure
La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure
La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure
La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure
La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure
La Fondation Bardot lance une nouvelle campagne choc contre la fourrure

Commenter cet article