Bagnolet: Plusieurs cas de chats torturés et brûlés à l'acide secouent la ville

Publié le par Ricard Bruno

Illustration chat

Illustration chat

Justice face à l'homme qui torture et brûle les chats à l'acide

Pétition : Cliquez ICI

Le dos à vif. Fin février, Maria, une habitante de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), découvre dans la rue, une chatte entre la vie et la mort. L’animal est brûlé jusqu’à l’os sur 50 % de son corps par ce qui ressemble à des jets d’acide, relate Le Parisien. Maria décide alors d’appeler une association de protection des animaux.

L’association de l’école des chats intervient et prend en charge la chatte. La première d’une longue série. La présidente de l’association va en effet devoir gérer de nombreux cas similaires, en l’espace de quinze jours.

« Il faut que le ou les auteurs soient punis »

Moustache, un mâle adulte tigré marron est aussi retrouvé par l’association, brûlé au 3e degré sur 40 % de la surface de son corps. Dans le même temps, la première chatte, ne s’en sort pas. Elle est euthanasiée. Moustache, lui, est encore en convalescence.

Selon les informations du Parisien, le 10 mars, un autre chaton femelle est retrouvé, pour les mêmes causes, avec 40 % de la surface de son corps brûlé au 3e degré. Deux autres animaux sont également retrouvés dans le même état.

Devant cet « acte abject, de pure démence », la présidente de l’association a déposé une première plainte contre X le 3 mars, qu’elle a complété le 15, avec de nouveaux éléments, note le site Internet. « Il faut que le ou les auteurs soient punis », s’insurge-t-elle. Ce jeudi, une pétition sur la plateforme Change.org a été lancée pour demander « aux autorités politiques de mettre tout en œuvre face à ce drame ».

Source de l'article : Cliquez ICI

Publié dans le web en parle

Commenter cet article

elisa 18/03/2016 08:28

C'est fou les gens qui font du mal à ces petits animaux
Il faut vraiment prendre au sérieux ces cas-là et punir sévèrement les cinglés qui s'y adonnent
Malheureusement, ils font souvent leur méfait en douce ces salauds et pour les choper, c'est pas facile