Brigitte Bardot réclame des caméras dans les abattoirs

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot a dénoncé mardi "l'horreur qui se produit dans les abattoirs" et le "laxisme" du ministère de l'Agriculture après un nouveau scandale d'animaux maltraités cette fois au Pays basque, réclamant des caméras de surveillance pour éviter ces "exactions abominables". "On dénonce haut et fort le laxisme avec lequel le ministère de l'Agriculture prend l'affaire. Depuis le scandale de l'abattoir d'Alès (en octobre), il aurait dû se passer quelque chose. Or, on se retrouve dans les mêmes circonstances abominables des mois après", a-t-elle déclaré.

L'association de défense des animaux L214 a diffusé des vidéos de maltraitances infligées à des animaux dans l'abattoir intercommunal du Pays de Soule, à Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques). Des images tournées en caméra cachée par L214 avaient déjà, ces derniers mois, révélé des mauvais traitements dans les abattoirs d'Alès et du Vigan (Gard), tous deux temporairement fermés après leur diffusion. "Nous exigeons depuis longtemps que l'on installe des caméras de surveillance dans tous les abattoirs. Le seul moyen, à défaut de fermer tous les abattoirs, est qu'il y ait des caméras pour faire cesser les exactions abominables, les supplices infligés aux animaux qui vont mourir", a estimé Brigitte Bardot.

"C'est honteux pour un gouvernement français au XXIe siècle de laisser faire des supplices et des tortures pareilles. C'est inhumain et invraisemblable", a encore réagi l'actrice. L'abattoir a été aussitôt fermé "à titre conservatoire" par le maire de Mauléon. L'agrément du site pour l'abattage a également été suspendu.
Les deux vidéos diffusées par l'association L214 sur son site internet montrent des "pratiques intolérables" qui ont suscité "l'indignation" de Stéphane Le Foll, selon un communiqué du ministère de l'Agriculture. Le ministre a demandé aux préfets de procéder d'ici un mois à des "inspections spécifiques sur la protection animale dans l'ensemble des abattoirs" du pays.

L'association de lutte contre la maltraitance animale L214 a diffusé mardi une vidéo dénonçant le traitement des animaux dans l'abattoir de Mauléon-Licharre, dans les Pyrénées-Atlantiques. En réaction, le ministre Stéphane Le Foll a ordonné des inspections dans tous les abattoirs de France d'ici un mois.

Encore une fois, les images sont insoutenables. Dans une nouvelle vidéo publiée mardi par l'association L214, [attention ces images peuvent choquer] et relayée par le journal Le Monde, l'établissement intercommunal de Soule, situé dans la petite ville de Mauléon-Licharre, dans les Pyrénées-Atlantiques, est pointé du doigt pour de nouveaux cas de maltraitance animale. Un mois après les actes de cruauté filmés dans l'abattoir du Vigan, dans le Gard, et cinq mois après ceux perpétrés à Alès, c'est au tour d'une entreprise de découpe de viande de susciter l'indignation. D'autant que l'abattoir de Soule met en avant depuis des années le bio et le Label rouge. Peu de temps après ces révélations, le maire de la commune, Michel Etchebest, a annoncé la fermeture de l'établissement «pour une durée indéterminée, à titre conservatoire», rapporte lemonde.fr. Il demande en outre à la direction de l'établissement de «prendre sur-le-champ toutes les mesures et sanctions adéquates envers les auteurs de ces actes, sans préjuger des sanctions ou mesures plus importantes à venir, suite aux résultats qui résulteront de l'enquête réalisée».

La vidéo, filmée en caméra cachée en mars, témoigne des mauvais traitements réservés aux bovins, aux veaux, et surtout aux agneaux de lait - des animaux de moins de 45 jours pas encore sevrés - destinés à être tués pour la consommation. Des pratiques d'abattage choquantes et manifestement illégales que dénonce Brigitte Gothière, porte-parole de L214, contactée par Le Figaro. «Notre but est de dénoncer les infractions à la réglementation dans les abattoirs». Selon le code rural, un décret du 4 octobre 1997 relatif à la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort, et d'après un règlement européen de 2009, «toute douleur, détresse ou souffrance évitable est épargnée aux animaux lors de la mise à mort». Or, ce n'est «manifestement pas le cas dans cet établissement», condamne Brigitte Gothière. Les abattages conventionnels prévoient notamment un étourdissement des bêtes avant la saignée, mais ici «le contrôle de l'inconscience est absent», souligne encore Brigitte Gothière.

Les services vétérinaires pointés du doigt

À l'instar des images divulguées dans les abattoirs du Vigan et d'Alès, on voit dans cette dernière vidéo des animaux reprendre conscience et se débattre violemment alors qu'ils sont suspendus par les pieds pour la saignée. Des employés commencent également la découpe sur les pattes et la tête des bêtes alors qu'elles sont encore vivantes. D'autres frappent les animaux ou les assomment à l'aide de crochets. Un agneau est même écartelé vivant , pris entre deux crochets en l'absence de l'opérateur. Des scènes de barbarie qui ont poussé L214 à porter plainte, ce mardi, devant le procureur de la République de Pau pour des faits de maltraitance, de sévices graves et d'actes de cruauté. Un référé expertise va également être déposé devant le tribunal administratif de Pau pour engager la responsabilité des services vétérinaires, que l'association juge également coupables de manquements. «Aucune surveillance par le service d'inspection vétérinaire n'apparaît sur les images de Mauléon-Licharre, alors que la réglementation impose un contrôle continu de l'abattage par les 1200 agents de la direction générale de l'alimentation», déplore la porte-parole.

«J'ai essayé d'améliorer les conditions d'abattage depuis des années, et là, on tourne le dos, et des employés frappent les bêtes»

L'abattoir de Mauléon-Licharre est pourtant une entreprise de taille moyenne. Il comprend trente-trois employés et se définit comme «tourné vers l'abattage de qualité». Chaque année, environ 3000 tonnes de viande y sont abattues. Les viandes qui y sont débitées, et qui proviennent pour 40% de la vallée de Soule, sont pour partie certifiées Label rouge et classées sous le régime européen des indications géographiques protégées (IGP). Parmi ses quelque 460 clients, on trouve des grands restaurants parisiens et des chefs étoilés comme Alain Ducasse. Interrogé par Le Monde, le directeur de l'abattoir, Gérard Clémente, se dit «effondré» après le visionnage de la vidéo. À la tête de cet établissement depuis quarante ans, il nie être au courant de ces pratiques: «Je suis très souvent dans mon abattoir, j'ai essayé d'améliorer les conditions d'abattage depuis des années, et là, on tourne le dos, et des employés frappent les bêtes. On est cuits». L'homme assure qu'il va limoger les salariés incriminés et dénonce le rythme soutenu de mise à mort des bêtes. «Il faut tuer 15.000 agneaux en quinze jours pour Pâques. Si on travaillait plus sereinement, ils ne commettraient pas ce type d'action».

«Je n'en ai jamais constaté un seul qui respecte les règles»

Pour Brigitte Gothière aussi, la question des cadences de travail se pose. «Notre système de consommation implique de tuer les bêtes à la chaîne, et cela se traduit par des abus», souligne-t-elle. Une nouvelle pétition a été lancée par L214 pour demander au premier ministre une «transparence effective des abattoirs par la mise en place d'outils qui permettent aux ONG et aux citoyens d'exercer un droit de regard». «Il s'agit ici de permettre aux citoyens de savoir ce qu'ils ont dans l'assiette et de s'insurger contre la maltraitance animale», poursuit la porte-parole de l'association. Et cette dernière d'annoncer de nouvelles vidéos: «Les gens parlent de plus en plus. Nous recevons beaucoup de signalements, et on se demande aujourd'hui si un seul abattoir respecte réellement les règles en France. Depuis la création de l'association, je n'en ai jamais constaté un seul».

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a réaffirmé mardi «son indignation face à des pratiques intolérables», réclamant la suspension immédiate de l'activité de l'abattoir. Ainsi, il a demandé à tous les préfets de réaliser «dans un délai d'un mois des inspections spécifiques sur la protection animale dans l'ensemble des abattoirs de boucherie du territoire français». Il appelle ainsi «la suspension sans délai de l'agrément de ces établissements ainsi que l'établissement d'un procès-verbal» en cas de défaut constaté lors des inspections.

Le 22 mars, une commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français avait déjà été créée par l'Assemblée nationale. Composée de trente députés, elle devra rendre un rapport dans les six mois.

Commenter cet article

natascha d annibale 29/03/2016 22:28

bravo Brigitte....

natascha d annibale 29/03/2016 22:27

Bravo BRIGITTE ........JE VOUS VENERE.....