L214 : Nouveau scandale dans les abattoirs

Publié le par Ricard Bruno

L214, la méthode choc pour dénoncer les abattoirs

L214 s'est fait une spécialité de dévoiler l’intérieur des abattoirs ou des élevages industriels à coups de vidéo choc. En revanche, découvrir l’environnement de travail de l’association L214, qui lutte contre la maltraitance animale et vient de dévoiler un nouveau scandale dans un abattoir français, est plus malaisé. « On travaille essentiellement à la maison, comme la plupart de nos militants. Je suis un peu casanière », explique en souriant Brigitte Gothière, 43 ans, porte-parole de l’association, sise à Lyon.

Dans le petit local parisien qu’ils occupent depuis février, au fond du 19e arrondissement, des étagères de livres et de brochures côtoient des pancartes, des tonnelles et un comptoir mobile pour leurs actions. « Toutes les semaines, nous sommes sur le terrain pour sensibiliser le public, distribuer des tracts ou organiser des happenings, comme la Vegan Place, où nous avons partagé informations et pâtisseries véganes [sans aucun produit animal] », explique Isis, qui coordonne la section de la capitale.

Mais si l’association s’est véritablement fait connaître au-delà des cercles végétariens et écolos, c’est grâce à ses actions en ligne. La vidéo dévoilant des actes de cruauté perpétrés à l’abattoir du Vigan (Gard), publiée en février, a été vue 1,8 million de fois, entre YouTube et Facebook ; celle tournée à l’abattoir d’Alès, en octobre, 2,3 millions de fois. Les images, suscitant une vague d’indignation, ont été à l’origine de la fermeture provisoire des deux établissements

Source de l'article : Le Monde

Commenter cet article