Brigitte Bardot.....souvenirs...

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot.....souvenirs...

Née le 28 septembre 1934 à Paris, Brigitte Bardot est la fille d'un indus­triel, Louis Bardot et d'Anne-Marie Mucel, mère au foyer. Elle a une soeur cadette, Marie-Jeanne, née en mai 1938. Les deux petites filles qui reçoivent une éduca­tion sévère, évoluent dans un univers artis­tique. Elles pratiquent la danse clas­sique, déam­bulent devant la caméra de leur père, passionné de cinéma et voient défi­ler dans l'appar­te­ment fami­lial le Tout-Paris. Marie-Jeanne, brillante élève, est souvent préfé­rée par ses parents à Brigitte, au tempé­ra­ment plus effronté. En 1948, celle-ci est reçue au concours d'entrée du Conser­va­toire de danse de Paris. Malgré son amblyo­pie (elle ne voit que d'un oeil), la jeune fille se mue en ravis­sante adoles­cente rapi­de­ment remarquée par Hélène Laza­reff, direc­trice du maga­zine Elle et grande amie de sa mère. A 15 ans, Brigitte Bardot fait de nombreuses fois la une de l'hebdo­ma­daire. Le réali­sa­teur Marc Allé­gret remarque ce visage et l'audi­tionne pour Les lauriers sont coupés. Le film tombe aux oubliettes mais elle fait la connais­sance de l'assis­tant de Marc Allé­gret, le jeune Roger Vadim. Ses parents, d'abord oppo­sés à leur rela­tion, lui demandent d'attendre ses 18 ans pour l'épou­ser.

La jolie blonde conti­nue les photos de mode pour le maga­zine Elle et par l'inter­mé­diaire de Roger Vadim côtoie de nombreux metteurs en scène. Elle décroche son premier rôle en 1952 dans le film de Jean Boyer Le trou normand, aux côtés de Bour­vil. Doré­na­vant guidée par un mana­ger, Olga Hors­tig, elle tourne plusieurs films en 1955 (Les grandes manoeuvres, Cette sacrée gamine,La lumière d'en face). L'année suivante, pour le Festi­val de Cannes, elle décide d'éclair­cir sa cheve­lu­re… le blond doré qu'elle affiche sur la croi­sette attire tous les regards et permet d'obte­nir un finan­ce­ment pour le film de Roger Vadim. Et dieu…­créa la femme sort quelques mois plus tard et fait d'elle une star inter­na­tio­nale (premier film français à se clas­ser au box-office améri­cain) et contri­bue à lancer le mythe B.B. Dès lors elle enchaîne les tour­nages, Babette s'en va en guerre de Jacques Char­rier, En cas de malheur où elle donne la réplique à Jean Gabin, LaVérité de Raoul Lévy, Le Mépris de Jean-Luc Godard…En 1963, elle accepte un tour­nage à Londres aux côtés d'Anthony Perkins, Une ravis­sante idiote, d'Edouard Moli­naro. La même année, Jacques Rozier consacre un docu­men­taire à Bardot; inti­tulé Papa­razzi, il décrit le déchaî­ne­ment de la presse autour de la star qui appa­raît alors comme une proie traquée. Le duo qu'elle forme avec Jeanne Moreau dans Viva Maria ! en 1966 est un nouveau succès mondial.

Paral­lè­le­ment, elle devient la muse de Serge Gains­bourg qui lui compose plusieurs célèbres titres (Harley David­son, Bonnie & Clyde, Je t'aime moi non plus, Comic Strip). En 1968, elle accepte de prêter ses traits à Marianne (repré­sen­tée sous les traits d'une anonyme jusqu'alors) et son buste, sculpté par Aslan, vient orner toutes les mairies de France. En 1970, l'actrice retrouve les plateaux de cinéma et rejoint le casting du film de Michel Melville, L'Ours et la poupée, avec Jean-Pierre Cassel. La même année, sur le tour­nage des Novices elle rencontre Annie Girar­dot qui devient une amie fidèle. Après Les Pétro­leuses (1971) aux côtés de Clau­dia Cardi­nale, et Boule­vard du rhum avec Lino Ventura, elle retrouve Roger Vadim pour lequel elle tourne Don Juan73 (1972) mais le film est un flop. Après une appa­ri­tion dans L'histoire très bonne et très joyeuse deColi­not trousse-chemise de Nina Compa­neez (1973), Brigitte Bardot annonce qu'elle met un terme à sa carrière ciné­ma­to­gra­phique.

Brigitte Bardot entame une nouvelle vie, loin de l'agita­tion média­tique dont elle a souf­fert durant sa carrière, et se consacre depuis exclu­si­ve­ment à la défense des animaux. D'abord porte-parole de la SPA, elle lance en 1977 une vaste campagne média­tique au large des glaces polaires du Canada pour dénon­cer le massacre d'animaux et le commerce de la four­rure. En 1986, elle crée son asso­cia­tion qui deviendra une Fonda­tion, pour mener à bien ses combats; lutte contre la chasse aux phoques, à la baleine, commer­cia­li­sa­tion de la four­ru­re…Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages : ses mémoires, publiées en deux tomes – Initiales B.B (1996) et Le carré de Pluton (1999) – Un cri dans le silence (2003), et Pourquoi ? (2006).

Côté vie privée, à 18 ans, Brigitte Bardot épouse Roger Vadim le 20 décembre 1952. Leur divorce est prononcé cinq ans plus tard le 6 décembre 1957. Après une idylle avec Jean-Louis Trin­ti­gnant puis Gilbert Bécaud, elle rencontre Jacques Char­rier sur le tour­nage de Babette s'en va en guerre et l'épouse le 18 juin 1959. Le 11 janvier 1960, naît leur fils unique, Nico­las. Après une liai­son avec Sami Frey, le divorce avec Jacques Char­rier est prononcé en 1962. Durant l'été 1966, l'actrice tombe sous le charme du milliar­daire Günther Sachs, leur mariage est célé­bré à Las Vegas le 14 juillet 1966. Le troi­sième divorce de l'actrice est prononcé le 1er octobre 1969. En 1977, elle fait la connais­sance d'Allain Bougrain-Dubourg et partage sa vie pendant sept ans. Brigitte Bardot est aujourd'hui mariée à Bernard d'Ormale qu'elle a épousé le 16 août 1992 quelques mois après leur rencontre.

Publié dans Brigitte Bardot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article