Le végan, ou l’art de l’ersatz

Publié le par Ricard Bruno

Adieu fruits, légumes et produits frais ! Veggie World s’est transformé en paradis du produit industriel.

Le végan, ou l’art de l’ersatz

Succès incontestable pour VeggieWorld, le salon végan qui s’est déroulé, le week-end des 2 et 3 avril, dans les écuries du Centquatre, à Paris. « Cette première édition parisienne a dépassé nos attentes. Nous avons eu le plaisir d’accueillir beaucoup de monde [7 200 visiteurs], en famille ou entre amis. Beaucoup de végans et de végétariens, mais aussi beaucoup de curieux, qui se posent des questions et souhaitaient découvrir ce mode de vie », explique Swantje Tomalak, directrice du salon en France. Un public jeune, en majorité féminin, des jeunes couples dont on surprenait parfois les réflexions au hasard dans la foule : « Donner du lait de soja au nourrisson plutôt que le lait de sa mère, il faut quand même bien réfléchir… »

Les quatre-vingt-dix exposants présents ne s’adressaient pas uniquement aux végans, qui, rappelons-le, n’utilisent aucun produit d’origine animale sous aucune de ses formes. S’il fallait trouver un point commun à tous les visiteurs, ce serait sans doute l’amour et la défense des animaux, renforcé par le nouveau scandale de l’abattoir de Mauléon, révélé par l’association L214, qui tenait stand en bonne place.

A ses côtés, la section française de l’association américaine PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), la Fondation Brigitte Bardot, Animals Asia, qui se bat pour en finir avec les traditions barbares...

Commenter cet article