Nous préférons Brigitte Bardot et Jessye Norman à Black M

Publié le par Ricard Bruno

CHRONIQUES EN LIBERTE

Contre la tyrannie du politiquement correct

« Une » du quotidien régional « Var Matin » daté du 27 novembre 2015.

« Une » du quotidien régional « Var Matin » daté du 27 novembre 2015.

C'est toujours lorsque la démocratie (dont nous devons être fier) est menacée, qu’une majorité de Français chante notre hymne national La Marseillaise et montre son attachement à notre drapeau tricolore sans aucune arrière-pensée politicienne ou autre.

Le drapeau français a été créé le 15 février 1794 pendant la Révolution française.

Il associe trois couleurs : le blanc, celle de la monarchie, et le bleu et rouge, qui étaient celles de la Ville de Paris et notamment de sa Garde nationale. Il deviendra également le drapeau officiel des armées à partir de 1812 (sauf pendant les restaurations de la monarchie).

* * * * *


Dans les années 60, Brigitte Bardot représentait, dans le monde entier, la République française, et c’est sous l’œil complice du photographe Sam Levin qu’elle a posé, enroulée dans le drapeau français, en 1967 pour le Show Bardot diffusé à la télévision.

En 1959, elle avait également été photographiée par Richard Avedon (voir ci-dessous).

Brigitte Bardot en 1959 par Richard Avedon.
Brigitte Bardot en 1959 par Richard Avedon.
Brigitte Bardot en 1959 par Richard Avedon.

Brigitte Bardot en 1959 par Richard Avedon.

Une autre immense vedette internationale a revêtu une robe aux couleurs de la France spécialement créée pour elle par le couturier Azzedine Alaïa. Il s’agit de la chanteuse-soprano américaine Jessye Norman qui a interprété La Marseillaise, sur la Place de la Concorde à Paris, le 14 juillet 1989, à l’occasion du Bicentenaire de la Révolution française.

Jessye Norman dans une robe tricolore en juillet 1989.

Jessye Norman dans une robe tricolore en juillet 1989.

Nous préférons Brigitte Bardot et Jessye Norman à Black M
Nous préférons Brigitte Bardot et Jessye Norman à Black M
Le Général de Gaulle ranimant la flamme au Monument aux morts de Verdun le 28 mai 1966

Le Général de Gaulle ranimant la flamme au Monument aux morts de Verdun le 28 mai 1966

29 MAI 1966

29

DISCOURS DU GÉNÉRAL DE GAULLE À L’OSSUAIRE DE DOUAUMONT À

L’OCCASION DU 50

E

ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE VERDUN

Extrait

«

[...] La seconde leçon que nous enseigne Verdun s’adresse aux deux peuples

dont les armées furent aux prises si chèrement et si courageusement dans

une Europe qui doit se réunir toute entière après d’affreux déchirements, se

réorganiser comme le foyer capital de la civilisation, reparaître comme le guide

principal d’un monde tourné vers le progrès. Ces deux peuples voisins et qui se

complètent l’un l’autre voient s’ouvrir devant eux, maintenant, la carrière de

l’action commune, fermée depuis qu’à Verdun même, il y a 1

123 ans, se divisa

l’empire de Charlemagne. Cette coopération directe et privilégiée, la France l’a

voulue, non sans mérite mais délibérément, quand elle concluait en 1963, avec

l’Allemagne, un traité plein de promesses. Elle y est prête encore aujourd'hui."

Question de Clairvaux :

Le benêt inculte Moscovici connaît-il ce que fut l'empire de Charlemagne qui se disloqua en

843 ? Selon M. Pierre Moscovici, commissaire européen, Charlemagne serait un calife de confession musulmane.

Sou

Publié dans le web en parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article