Brigitte Bardot : son coeur est “en deuil”

Publié le par Ricard Bruno

En pensant aux moutons tués pour l’Aïd el Kébir, sa “colère gronde”
Brigitte Bardot : son coeur est “en deuil”

Toujours aussi enga­gée dans la cause animale et pour ses opinions poli­tiques, Brigitte Bardot a livré son message de colère en vue de la fête de l’Aïd el Kébir.

La tris­tesse ne lui fait pas perdre son franc parler. Aujourd’­hui, Brigitte Bardot a pour­tant le coeur en berne. En ce lundi 12 septembre, jour de fête chez les musul­mans qui célèbrent l’Aïd el Kébir, l’ex-icône broie, elle, du noir en pensant aux animaux qui seront tués. Comme le veut la tradi­tion, les croyants sont amenés à manger, ce jour, la viande du sacri­fice, du mouton ou de la chèvre. Une pratique qui horri­pile Brigitte Bardot.

Sur Twit­ter, l’ac­trice a déclaré qu’en “ce jour de sacri­fice musul­man de l’Aïd el Kébir” son coeur “est en deuil” et que sa “révolte gronde”. Selon BB, ce sont “des dizaines de milliers de moutons qui sont égor­gés dans des condi­tions de souf­frances atroces”. Elle qui a dédié le reste de sa vie à la protec­tion des animaux mais qui s’est égale­ment illus­trée par des posi­tions poli­tiques parfois extrêmes, estime que ces sacri­fices d’ani­maux ensan­glantent “la terre de France et nos esprits”. Ce message posté en début de jour­née à été “liké” plus de 280 fois et partagé à 350 reprises.

Si les admi­ra­teurs de Brigitte Bardot et de son combat sont nombreux, il existe égale­ment autant d’avis contraires. Il y a quelques mois déjà, suite à l’at­ten­tat de Nice puis de l'assis­tant du prêtre de Saint-Etienne-de-Rouvray, l’an­cienne icône de beauté avait mélangé les événe­ments et déclaré “Stop à l’Aïd el Kébir”. La grande fête des musul­mans n’est visi­ble­ment pas du goût de BB.

Source de l'article : Cliquez ICI

Commenter cet article

Longe 18/09/2016 09:23

Effectivement l'argent de l'achat de ces moutons seraient donnés aux familles en difficulté et qui menaient sur le trottoir ce serait une magnifique évolution un grand pas vers la liberté