PHOTOS. Découvrez la sculpture de Brigitte Bardot qui trônera à l'entrée de Saint-Tropez cet été

Publié le par Ricard Bruno

"Droits réservés Laurent Amalric"

"Droits réservés Laurent Amalric"

Exclusif Départ pour Pietrasanta, où le maître italien de l'érotisme et une équipe d'artisans tracent avec moult précautions les courbes et contours de la sculpture de Brigitte Bardot qui doit trôner d'ici à cet été à l'entrée de St-Tropez

Puisqu'il est hors de question pour Brigitte d'aller se mirer dans son double de glaise, c'est son mari, Bernard d'Ormale, qui prend la tête de l'expédition italienne pour vérifier que la sculpture qui, depuis deux mois, prend forme dans les ateliers de Pietrasanta, ne trahit pas l'iconique beauté.

Au terme d'une infinitude de tunnels, percée en Toscane. À l'horizon, des sommets blanchis par les carrières de marbre. A l'accueil, Milo Manara, venu de Vérone jauger lui aussi la pertinence de la créature inspirée de son aquarelle...

La tension est palpable dès franchi le seuil de l'atelier où trône la belle endormie. La délégation franco-italienne comptant le directeur de l'office du tourisme tropézien, Claude Maniscalco, scrute l'idole d'argile. Tourne et retourne autour comme une nuée de moustiques... Sans l'épargner de piqûres verbales. « La lèvre est trop épaisse. Le nez doit être plus symétrique et arrondi...», tique Bernard d'Ormale.

 

"Il ne faut pas chercher le mimétisme absolu"

Une mèche de cheveux qui pend fait débat. Manara l'arrache d'un geste. Tout comme il efface les pupilles d'un coup de pouce radical, suite à une nouvelle indication de M. Bardot. « Le regard est triste... Ce n'est pas Brigitte. On s'éloigne du côté érotique de l'aquarelle. Il faut retrouver ça. » « Le dos est trop bossu », ajoute Alexandre Millon qui finance le projet (lire par ailleurs). Et Milo Manara de le raboter pour lui faire perdre du volume.

Mais voilà qu'un organe vital de la « déesse », lui, en manque. La poitrine ! Plus précisément le sein droit qui serait à remplumer au goût de Bernard d'Ormale. Une fois encore Milo Manara abonde dans son sens et met la main à la pâte, avant de se saisir d'un bâtonnet de bois pour opérer le visage de glaise. « On commence à la voir là... », se rassure-t-il, après une première frappe chirurgicale. Par respect pour le maestro, tout le monde se retire pour le laisser œuvrer jusqu'au soir.

Verdict le lendemain matin ? « C'est bien mieux. De toute façon, il ne faut pas chercher le mimétisme absolu », tranche Bernard d'Ormale, après une soirée chaleureuse en compagnie du clan Manara. Il congratule également, Roberta, la sculptrice italienne, en train d'affiner la silhouette pendant que son conjoint se charge du socle parcouru de vagues stylisées.

Avant le retour tropézien, dernière salve de clichés pour montrer à l'intéressée l'avancée du chantier... Seule appréciation de Brigitte Bardot pour l'instant : « C'est formidable, le dessin est formidable, mais je n'ai rien demandé. Moi, à la place de la sculpture, je voudrais tellement d'autres choses... Vous comprenez. Oui, c'est un bel hommage, mais je suis très malheureuse en ce moment ».

Juste lasse de ne pas voir aboutir ses luttes, alors que le combat de coq pour la présidentielle bat son plein sans conscience animale...

Source de l'article : Cliquez ICI

"Droits réservés Laurent Amalric"
"Droits réservés Laurent Amalric"
"Droits réservés Laurent Amalric"
"Droits réservés Laurent Amalric"
"Droits réservés Laurent Amalric"
"Droits réservés Laurent Amalric"
"Droits réservés Laurent Amalric"

"Droits réservés Laurent Amalric"

Commenter cet article

charlotte aeschelmann 30/03/2017 09:37

OUF pour l oeuvre, CA VA EN S AMELIORANT ...
PAN SUR LE BEC POUR AVOIR PRIS LE LIEU PIETRASANTA POUR L ARTISTE.
CHARLOTTE A,