Bébé panda: Des associations de protection des animaux réclament son retour en milieu naturel !

Publié le par Ricard Bruno

La fondation Brigitte Bardot pour la défense des animaux dénonce, samedi 5 août, une “opération de communication franco-chinoise” dans le cadre de la naissance d’un bébé panda, à Beauval. La direction du zoo dément quant à elle ces accusations.

C’est une naissance rare qui était attendue. Vendredi soir, au zoo de Beauval (Loir-et-Cher), une femelle a mis au monde des jumeaux pandas. Malheureusement, un seul des petits a survécu. Bonne nouvelle toutefois : selon l’équipe du zoo, ce dernier se porte à merveille !

 

Bébé panda: Des associations de protection des animaux réclament son retour en milieu naturel !

“L’urgence est de protéger l’habitat du panda”

Mais pour la Fondation Brigitte Bardot pour la défense des animaux, il n’y a pas de quoi se réjouir. “En Chine, il existe des programmes de conservation du panda qui auraient pu faire bien davantage pour l’espèce. Notamment en bénéficiant directement, des millions d’euros brassés dans cette campagne franco-chinoise de communication”, estime le mouvement. “L’urgence est de protéger l’habitat du panda pour assurer sa survie et non d’exposer, comme un trophée, des individus qui ont peu de chance de se retrouver un jour dans leur milieu naturel…. Ce dernier n’a pas grand-chose à voir avec l’enclos d’un zoo du Loir-et-Cher”, ajoute-t-elle encore.

Le zoo répond

Françoise Delord, fondatrice du zoo de Beauval et présidente d’honneur du parc, affirment que ces critiques émanent de gens “qui n’ont pas suivi l’évolution des parcs zoologiques, dont la mission est de favoriser la préservation des espèces menacées”. Elle se dirait encore ravie, selon l’AFP, “de rencontrer Brigitte Bardot” pour évoquer le sujet. L’association de défense des droits des animaux Stéphane Lamart a, elle aussi, dénoncé samedi la “captivité d’animaux sauvages quels qu’ils soient dans le zoos”.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article