Journée mondiale des éléphants : la société civile hausse le ton pour la protection des pachydermes

Publié le par Ricard Bruno

Quatre organismes de conservation de la faune, à but non lucratif, ont alerté le 12 août, les gouvernements et organisations de la société civile du monde afin qu'ils amplifient leurs actions de protection des pachydermes.

Dans de nombreuses déclarations, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), l'Ordre des Pachydermes, African Parks et la Fondation Brigitte Bardot ont une fois prévenu sur la situation dramatique de ces grands mammifères et alertent sur la disparition progressive de leur habitat naturel.

« Si rien n’est fait, un cinquième de leur population pourrait disparaître durant la décennie », prévient l’IFAW. Et à l'Ordre des Pachydermes d’ajouter que c’est : « le triste cas de l'éléphant africain, qui a vu sa population baisser de 61% en seulement trente ans ».

La Fondation Brigitte Bardot a pour sa part encouragé toutes les initiatives en faveur de la sauvegarde de ces pachydermes et a congratulé le travail des USA ainsi que des associations comme SOS Eléphants au Tchad et Friends of the Asian Eléphants en Thaïlande.

Dans une déclaration, ladite organisation a félicité les USA qui ont confirmé en juillet dernier l’embargo sur les importations des trophées issus de la chasse sportive aux éléphants en provenance du Zimbabwe. Ajoutant qu’ : « A l’instar des USA, nous demandons que tous les pays adoptent ce type d’embargo afin que la chasse aux trophées d’espèces menacées d’extinction soit désormais interdite partout dans le monde et particulièrement en Afrique ».

Par contre en rapport avec l’éléphant africain, l’ONG African Parks dénombre en revanche à plus de 80 éléphants de moins de trois ans dans le parc national de Zakouma au Tchad. L’organisme affirme que la population a grandi et que le troupeau a dépassé 500.

Selon la même source, 520 éléphants ont eu une nouvelle maison au Malawi pour repeupler la réserve faunique de Nkhotakota et aider à faire du parc l'une des premières réserves d'éléphants de ce pays. Elle rapporte également que dans le parc national de la Garamba en République démocratique du Congo, trente-neuf éléphants ont reçu des colliers de suivi GPS en mai dernier, afin de mieux les protéger et les surveiller.

Enfin, des bonnes perspectives sont annoncées dans la réserve de Chinko, en République centrafricaine ou les éléphants ont été revus dans cette zone de sécurité.

Rappelons qu’African Parks, un organisme de conservation à but non lucratif, assume la responsabilité complète de la réhabilitation et la gestion à long terme des parcs nationaux et des aires protégées en partenariat avec les gouvernements et les communautés locales. Cette ONG protège plus de 15 000 éléphants et est présente dans 11 parcs appartenant à huit pays africains. En terme de superficie, cette ONG couvre six millions et demi d'hectares et assure la sécurité des espèces en voie de disparition sur l'ensemble du continent notamment au Bénin, en République centrafricaine, au Tchad,  en République démocratique du Congo, en République du Congo, au Malawi, au Rwanda et en Zambie.

Source de l'article : Cliquez ICI

Commenter cet article