Scandale sanitaire : des millions d'œufs retirés de la vente en Europe !

Publié le par Ricard Bruno

Les supermarchés néerlandais et allemands ont commencé à retirer en masse les œufs suspectés de contenir des traces d'insecticide. Les autorités sanitaires suédoises, belges et suisses font de même.

La décision d'Aldi concernerait au moins dix millions d'œufs dans toute l'Allemagne

La décision d'Aldi concernerait au moins dix millions d'œufs dans toute l'Allemagne

Se dirige-t-on vers un nouveau scandale agroalimentaire? Depuis vendredi, plus aucun œuf n'est en vente chez Aldi outre-Rhin. La chaîne de supermarchés allemande les a retirés de ses rayons après la découverte d'une contamination à l'insecticide fipronil sur des lots néerlandais et allemands. Dans toute l'Allemagne, cela concernerait au moins dix millions d'œufs. Les oeufs touchés sont à la fois conventionnels et biologiques. Les autorités sanitaires suédoises, suisses et belges ont fait de même mais l'ampleur des dégâts semble de moindre importance.

La complexité de l'affaire, d'ampleur européenne, rappelle de précédents scandales, comme celui de la fraude à la viande de cheval en 2013. À l'origine cette fois-ci, des éleveurs néerlandais et allemands ont acheté à la société Chickfriend un désinfectant, le Dega-16, contenant illégalement du fipronil, une molécule toxique pour l'homme. Selon le journal allemand Spiegel Online, Chickfriend, basé aux Pays-Bas, se serait lui-même fourni auprès d'un distributeur belge de produits chimiques. Son responsable est aujourd'hui dans le viseur des enquêteurs. Dénoncé par d'anciens associés, l'homme est soupçonné d'avoir commandé de grandes quantités de Fiprocid, un médicament pour animaux contenant du fipronil, à une usine roumaine, de l'avoir mélangé au Dega-16 avant de le commercialiser.

Produit notamment par le chimiste allemand BASF, le fipronil est une substance anti-poux et tiques utilisée couramment dans les colliers insecticides pour chiens et chats. Mais elle est interdite dans le traitement des animaux destinés à la consommation par l'homme, car dangereuse pour le foie, les reins et la thyroïde, selon l'Organisation mondiale de la santé.

 

Les pouvoirs publics pointés du doigt

 

Jeudi soir, le ministre allemand de l'Agriculture, Christian Schmidt, indiquait que la situation était «prise au sérieux» mais était «sous contrôle» et qu'«un danger sanitaire aigu pour les consommateurs était pratiquement exclu», en raison de la très faible présence de fipronil sur les œufs. Le discounter Aldi a fait savoir que sa décision était une «simple mesure de précaution», par «devoir de transparence» envers ses clients. Mais celle-ci fait grincer les dents des éleveurs de volailles. La Fédération allemande des agriculteurs parle d'une «réaction exagérée», alors que d'autres chaînes de supermarchés, Lidl, Rewe et Penny, ont choisi de ne détruire que les œufs en provenance des Pays-Bas et des quatre élevages allemands touchés. Le syndicat estime que la décision d'Aldi fait perdre à ce stade 4000 euros de chiffre d'affaires à chacun de ses fournisseurs.

Les pouvoirs publics sont pointés du doigt. «Si les substances interdites étaient systématiquement testées lors des contrôles des autorités sanitaires, on aurait découvert la présence de fipronil avant la commercialisation de ces œufs, et non après», estime Lena Blanken de l'ONG Foodwatch. La Belgique avait lancé l'alerte dès le 20 juillet auprès de plusieurs pays d'Europe potentiellement touchés, dont la France. «Nous sommes en train de vérifier si des professionnels français (des élevages, NDLR) se sont approvisionnés auprès de ce distributeur (Chickfriend), mais rien ne prouve pour l'instant que la France soit concernée», indique le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Source de l'article et vidéo : cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article