Brigitte Bardot dénonce l'horreur des "fermes à sang" et demande une fermeture des frontières

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot dénonce l'horreur des "fermes à sang" et demande une fermeture des frontières

L'éternelle défenseur des animaux interpelle Cecilia Malmström, commissaire européenne au Commerce, dans une lettre ouverte publiée ce lundi 16 octobre.

Brigitte Bardot déplore l'existence des "fermes à sang" en Argentine et Uruguay, "de nouvelles horreurs, de nouvelles cruautés qui font honte à l'humanité"

Ces fermes feraient subir "une véritable torture" à 10.000 juments. "Maintenues dans des boxes, on leur ponctionne jusqu’à 10 litres de sang deux fois par semaine pour prélever une hormone, l’eCG, secrétée par le placenta de la jument du 40e au 120e jour de gestation. Après 4 mois de grossesse, lorsque la jument ne secrète plus cette hormone, elle est avortée manuellement, sans anesthésie, par l’éleveur qui perce la poche contenant le liquide amniotique pour inséminer plus vite encore sa victime."

L'animal finirait par mourir d'épuisement ou à l'abattoir et la viande se retrouverait sur les marchés européens, dont français.

"Optimiser la reproduction"

BB dénonce un "objectif de productivité des animaux enfermés dans des élevages intensifs". "L’hormone eCG est, en effet, massivement utilisée dans les élevages de cochons, bovins ou moutons pour programmer les naissances et optimiser la reproduction." 

Elle demande l'aide de la commissaire européenne au Commerce pour que l'Union européenne ferme ses frontière à cette hormone. "La société Syntex est le principal fournisseur de l’eCG aux laboratoires européens, l’UE ne doit plus faire commerce avec ces marchands de la mort, je vous supplie d’intervenir et d’entendre les citoyens européens qui sont déjà près de 2 millions à avoir signé la pétition "Halte au commerce de sang de jument"."

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article