Guyancourt : il livre son amour pour le Golf national en photos...et Brigitte Bardot !

Publié le par Ricard Bruno

Guyancourt : il livre son amour pour le Golf national en photos...et Brigitte Bardot !

A 85 ans, le photographe professionnel Claude Rodriguez vient de publier un recueil de clichés pris depuis 23 ans au lever du jour sur le célèbre parcours.

Et dire qu’il n’a, selon ses propres termes, « jamais tapé dans une maudite balle blanche ! ». À 85 ans, Claude Rodriguez vient pourtant de compiler dans un livre ses plus belles photos du Golf national de Guyancourt où, depuis 1994, il aura passé de nombreuses heures à attendre que les plus belles lueurs du petit matin envahissent les courbes du parcours d’une douce ou étrange clarté.

« La lumière est plus belle et plus cristalline à ces heures-là », estime le professionnel qui habite Malakoff (Hauts-de-Seine) et a débuté dans le métier dans son pays d’origine, la Belgique, à l’âge de 13 ans. Après tant d’années de carrière, le Golf national fut donc le « deuxième coup de cœur » du photographe, le premier n’étant autre que Brigitte Bardot. Car c’est en tant que portraitiste des stars que Claude Rodriguez s’est fait connaître dans les années 1950. Free-lance, il doit effectuer un reportage sur l’acteur allemand Curd Jurgens, en tournage au studio de la Victorine à Nice. Il y croise BB, et ses clichés de celle qui n’est encore qu’une starlette lui ouvrent les portes des plus grandes vedettes et donc, des plus grands magazines.

Guyancourt : il livre son amour pour le Golf national en photos...et Brigitte Bardot !

 J’ai aussi réalisé des courts-métrages, des films publicitaires, des photos de pub, mais dans les années 1980 le métier a changé, j’ai dû changer de voie », explique l’intéressé, qui se rend alors en voyage au Québec (Canada). « Là-bas tout était en accès libre et un jour, je suis tombé sur une pancarte : « propriété privée, défense d’entrer ». » Il entre, bien entendu, et tombe sur un parcours de golf. « J’ai proposé mes clichés au directeur, il a adoré, les a achetées et en a fait des cartes postales. Et moi, j’ai commencé à me consacrer à ce genre de photos, il y avait de la demande. »

Depuis, l’homme a pris sous tous les angles plus de 150 parcours dans le monde, mais est toujours revenu à Guyancourt. « J’ai été très impressionné par l’architecture du Golf national, confie-t-il, je ne sais pas pourquoi, ce sont des choses qui ne s’expliquent pas. Une fois sur le parcours, je tourne, je tourne, et soudain il y a un déclic. Au début on me regardait un peu comme un barjot avec mon échelle. Au fil du temps, les gens du golf sont tous devenus des amis. »

Le livre vous permettra de découvrir plus d’une centaine de photos, conçues comme des tableaux, la plupart étonnantes car reflétant un paysage qu’on croirait sorti des brumes de l’Irlande ou d’une planète inconnue et qui semble s’étendre à l’infini. « Un golf est un endroit pourtant restreint, note Claude Rodriguez, mais le secret est d’en comprendre la personnalité, et alors il se révèle. »

Le livre est disponible sur le site www.parcoursdelumieres.com ou à la boutique du Golf national à Guyancourt. Prix : 55 €.

Guyancourt : un parcours créé par la Fédération française

Guyancourt. Le parcours de l’Albatros accueille chaque année l’Open de France suivi par près de 60 000 spectateurs.

C’est en 1985, devant le succès grandissant des épreuves de golf en France, que la Fédération française a pris la décision de faire construire « son » golf, celui-ci devant servir à l’accueil de l’Open de France, l’une des plus grandes compétitions européennes, chaque année. Architecte et président de la commission sportive nationale de la FFG à l’époque, Hubert Chesneau propose un premier projet de deux 18 trous (L’albatros et l’Aigle) - un 9 trous (L’Oiselet) viendra bientôt se greffer - puis, ayant déjà travaillé pour la Ville nouvelle, l’idée lui vient d’implanter le futur golf fédéral à Saint-Quentin-en-Yvelines.

L’agglomération, qui désire préserver des terrains de la pression urbaine, se montre favorable à cette installation dont les travaux débuteront à l’été 1987. Chaque jour, 400 camions apporteront la terre nécessaire à la création du relief général. Au total, 2,2 millions de m3 de terre, issus des terrassements des chantiers de l’ouest parisien seront amenés sur place. En 1989, les 9 ha de plans d’eau sont creusés et les premiers semis ont lieu en septembre. Malgré l’énorme orage qui en détruisit une partie le 27 juin 1990, la première épreuve prévue en octobre, la « Ford Classic » a bien lieu, avec, cerise sur le gâteau, l’immense Greg Norman en vedette. Depuis 1991, et à l’exception de 1999 et 2001, l’Open de France y a lieu chaque année, rassemblant près de 60 000 spectateurs. En attendant une foule plus considérable pour les Jeux olympiques de 2024.

Et maintenant, la Ryder Cup !

Montigny-le-Bretonneux. Un chronomètre décomptant le nombre de jours jusqu’au début de la Ryder Cup en septembre 2018 a été installé à la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines.LP/L. MT.

Tout est prêt. Le 28 septembre 2018, soit presque vingt-huit ans jour pour jour après son inauguration, le Golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines accueillera, pour la première fois en France, la 42e Ryder Cup. Ce match entre les équipes des Etats-Unis et de l’Europe, qui se déroule tous les deux ans depuis 1927, n’est autre que le 4e événement mondial sportif en nombre de téléspectateurs. Le parcours de l’Albatros, qui accueillera donc les meilleurs golfeurs de la planète, a subi un an de travaux pour être remodelé aux normes de cette épreuve… hors-norme. Près de 200 000 spectateurs devraient affluer sur les trois jours, les hôtels et transports de l’agglomération s’attendent à être pris d’assaut. Tous les billets mis en vente le 28 septembre ont déjà trouvé preneurs, mais vous pouvez encore tenter votre chance sur différents sites dont l’officiel, www.rydercup.com.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article