La France va-t-elle rejoindre la liste des pays qui ont interdit les cirques avec animaux?

Publié le par Ricard Bruno

Illustration. Photo François Baille

Illustration. Photo François Baille

Le débat est relancé après la mort vendredi d'un tigre qui s'était échappé d'un cirque parisien.

Les images du tigre abattu par son propriétaire après s'être échappé dans le 15e arrondissement de Paris ont indigné sur les réseaux sociaux et relancé les débats passionnés sur les cirques avec animaux.

>>LIRE AUSSI. Un tigre s'échappe du cirque et sème la zizanie à Paris... il finit abattu

La fondation Brigitte Bardot s'était notamment dit scandalisée dans un message diffusé sur Facebook. "Il faut réagir immédiatement et bannir cette exploitation de l'animal sauvage réduit à l'esclavage".

Si tel était le cas, la France rejoindrait la liste de 29 pays ayant interdit totalement la présence d'animaux sauvages ou non dans les cirques, dont près de la moitié fait partie de l'Union européenne : l'Autriche, la Belgique, la Bolivie, la Bulgarie, Chypre, le Costa Rica, la Croatie, le Danemark, l'Estonie, la Finlande, la Grèce, le Guatemala, la Hongrie, l'Inde, l'Irlande, Israël, l'Italie, la Lettonie, le Liban, Malte, le Mexique, les Pays-Bas, le Pérou, le Portugal, la Roumanie, Singapour, la Slovénie et la Suède.

D'autres ont choisi de l'interdire partiellement sous la forme d'arrêtés locaux ou de textes nationaux légiférant certaines pratiques. C'est le cas de l'Allemagne, de l'Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Chine, de l'Espagne, des Etats-Unis, de la Norvège, de la Pologne, du Royaume-Uni, de la République Tchèque, de la Slovaquie et de Taïwan.

En France, 62 communes refusent la venue de cirques avec animaux sauvages, et même parfois domestiques, comme Cagnes-sur-Mer dans les Alpes-Maritimes. Dans le Var, les villes de Saint-Raphaël, Roquebrune-sur-Argens, Le Luc, Villecroze ou encore Aups ont également fait ce choix.

Le cirque Joseph Bouglione avait d'ailleurs annoncé au mois de mai dernier qu'il renonçait à produire des spectacles avec animaux afin d'anticiper un très probable changement législatif français.

"Le débat est trop passionné"

Mais va-t-on vraiment vers un cirque sans animaux? Le directeur du cirque Phénix Alain Pacherie, interrogé par BFM TV, refuse d'être aussi catégorique.

"C'est sûr que le débat est sur la place publique. Pour ma part je déplore la manière dont est posé le débat. Il faut repenser ensemble et sereinement la question sans se lancer dans des oppositions partisanes.

Il ne faut pas être aussi radical et interdire du jour au lendemain les animaux dans les cirques. Il y a 250 cirques en France. Qu'est-ce qu'on fait de toutes ces bêtes? Que fait-on des emplois qui sont derrière, comme les dresseurs?

Il y a des cirques qui vivent parce qu'ils ont des animaux. Le débat est trop passionné. Il faudrait voir ce qu'il est possible de faire pour certains animaux, et pas pour d'autres."

Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot avait déclaré au mois d'août ne pas être favorable à "l'idée que l'on fasse du spectacle avec la captivité des animaux".

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Robert 29/11/2017 08:14

Il faut faire vite parcequ'on est vraiment à la ramasse.