Normandie : elle laisse son chien mourir de faim ...

Publié le par Ricard Bruno

"La prévenue est froide et dénuée de sentiments. Elle ne peut pas ne pas l'avoir entendu agoniser", affirme l'avocat des associations de défense des animaux. Le verdict sera rendu mercredi 29 novembre 2017 à Caen (Calvados).

"La prévenue est froide et dénuée de sentiments. Elle ne peut pas ne pas l'avoir entendu agoniser", affirme l'avocat des associations de défense des animaux. Le verdict sera rendu mercredi 29 novembre 2017 à Caen (Calvados).

Acte de cruauté ou négligence ? Une femme de 25 ans a été jugée le mercredi 22 novembre 2017 au tribunal de grande instance de Caen (Calvados) pour avoir laissé mourir de faim son chien dans son appartement à Falaise (Calvados) et maltraiter un deuxième.

Suite à un signalement en mairie pour aboiements constants, la police municipale intervient dans un appartement à Falaise (Calvados), le samedi 15 avril 2016.

Mort depuis plusieurs jours

Dès le seuil de l'appartement, l'odeur est insupportable. Tout est jonché de vêtements, d'urine de chien et d'excréments.

Au bout d'un couloir, dans une sorte de clapier, un dalmatien gît, rachitique et ramassé sur lui même. Il était mort depuis plusieurs jours.

Un autre chien est présent. Il  boite et est très sévèrement dénutri. L'animal a une patte cassée non soignée.

Sévices graves ou actes de cruauté ?

Le mercredi 22 novembre 2017, une jeune mère de 25 ans avec deux enfants répond de sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique et de mauvais traitements infligés sans nécessité à un animal.

Elle affirme qu'elle leur avait donné de bons soins jusqu'en mars 2016, puis, qu'elle avait cessé de les sortir deux fois par jour. Elle affirme avoir dû s'absenter quelques jours, sans pouvoir revenir.

Les associations réclament des dommages et intérêts

Trois associations sont présentes. Pour l'avocate des associations 30 millions d'amis et Les rescapés de l'enfer, "la prévenue n'a eu aucun regret durant l'audience. Elle est froide et dénuée de sentiments. Un tel amaigrissement ne s'obtient pas en quelques jours seulement. Elle ne peut pas ne pas avoir entendu les gémissements d'agonie du dalmatien. L'autre boitera toute sa vie".

La Fondation Brigitte Bardot demande 2000 € de dommages et intérêts. La défense parle de délaissement par une personne dépressive, sans méchanceté avérée. Le délibéré est fixé au mercredi 29 novembre 2017.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Elisa 29/11/2017 08:02

Des gens irresponsables qui détiennent un animal, c'est hélas fréquent.
Que les voisins qui entendent un chien aboyer continuellement ou au contraire ne l'entendent plus s'inquietent et aillent à la mairie le dire. On minimise trop ces cas là. il y a une crainte de s'occuper de "ce qui nous regarde pas" ou d'avoir des ennuis à "dénoncer", qui est dommageable ; Des cas comme celui-ci est pitoyable. Par ailleurs, les mairies ont aussi une part de responsabilité car elles ne prennent pas ces choses là suffisamment au sérieux, sauf quand c'est à ce point là.

Elisa 29/11/2017 07:57

Des gens irresponsables qui détiennent un animal, c'est hélas fréquent.
Que les voisins qui entendent un chien aboyer continuellement ou au contraire ne l'entendent plus s'inquietent et aillent à la mairie le dire. On minimise trop ces cas là. il y a une crainte de s'occuper de "ce qui nous regarde pas" ou d'avoir des ennuis à "dénoncer", qui est dommageable ; Des cas comme celui-ci est pitoyable.