Pourquoi le livre de Brigitte Bardot qui sort ce jeudi sera le dernier...

Publié le par Ricard Bruno

Séance de travail studieuse à La Garrigue, 2e résidence de Brigitte, avec la Toulonnaise d'adoption Anne-Cécile Huprelle qui co-signe Larmes de combat.

Séance de travail studieuse à La Garrigue, 2e résidence de Brigitte, avec la Toulonnaise d'adoption Anne-Cécile Huprelle qui co-signe Larmes de combat.

Paris Match, Le Monde et... Var-matin. Ce sont les trois titres choisis en premier par Brigitte Bardot pour parler de son livre-événement Larmes de combat (Plon) qui sort demain jeudi 25 janvier.

Même Michel Drucker ou Sept à huit s’y sont pour l’instant cassés les dents... Il faut dire qu’un peu "patraque" comme nombre de Français en ce début d’année, Brigitte n’est pas dans les meilleures dispositions pour se laisser "trucmucher" par la cohorte de médias qui toque à sa porte tropézienne...

Un programme éthique pas "politique"

Alors si "au nom de l'amitié", elle nous l'ouvrait bien volontiers ce mercredi après-midi, c'est pour revenir un brin "anxieuse" sur cet ouvrage-portrait, charriant des réflexions inédites - voire métaphysiques - sur son existence et le sens de son combat.

Mais également un vrai "programme", comme savent si bien le faire les politiques qui lui tendent si peu la main, pour l’avènement d’une éthique animale.

"J’ai connu un monde où la femme était la propriété de son mari, où les enfants n’avaient pas le droit de s’exprimer. On leur a donné une place. J’aimerais que l’évolution de l’humanité passe aujourd’hui par l’amélioration du sort et de la place des animaux", plaide-t-elle, intarissable autant qu’infatigable sur le sujet.

Passage de flambeau

Var-matin: Ce livre que vous dites être le dernier, représente-t-il aussi une forme d’achèvement personnel?

Brigitte Bardot: Le livre contient tout ce que je suis et ai été depuis les 44 ans que j’ai offerts aux animaux. C’est un bilan sans concession, un passage de flambeau.

"Humain destructeur"

-Var-matin: En 2018, qui sont les "vrais" nuisibles?

-Brigitte Bardot: Tout le mal que nous subissons vient de la démographie galopante et incontrôlée de cet être humain envahissant et prédateur... Il s’insinue partout, s’approprie les territoires sauvages qui appartiennent aux animaux, bétonne, défigure, crée des mégapoles inhumaines, se robotise et se détruira. La nature commence à se révolter et ça n’est pas terminé.

une prise de conscience du public

-Var-matin: La promulgation un jour d’une "Loi Bardot" pour endiguer toutes les innombrables dérives liées aux individus animaux que vous dénoncez dans le livre, vous qui croyez aux astres, quelqu’un vous l’a-t-il prédit ?

-Brigitte Bardot:Je me fous des lois qui ne servent en général à rien et emmerdent le monde... Par contre une importante prise de conscience du public pourrait forcer l’inertie gouvernementale. C’est là dessus que je compte.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article