10.000 tracts contre le poulailler à Paris...

Publié le par Ricard Bruno

Entre 8.000 et 10.000 tracts ont été distribués la semaine dernière à Paris.

Entre 8.000 et 10.000 tracts ont été distribués la semaine dernière à Paris.

La semaine dernière, les bénévoles de la Fondation Brigitte Bardot étaient à la sortie du métro et aux entrées du parc des expositions de la Porte de Versailles pour distribuer des milliers de tracts, dénonçant les conditions de vie des animaux dans les élevages. « Bienvenue au salon de l’agri qui tue », indique le document remis à des milliers de Parisiens, qui fustige notamment le projet de poulailler géant envisagé à Missé, près de Thouars. De 100.000 volailles, l’exploitation devait passer à 350.000, et le tribunal administratif a annulé le projet l’été dernier. Victoire donc des opposants, et satisfaction de la Fondation Brigitte Bardot. « C’est une très bonne nouvelle et cela montre que la mobilisation locale permet d’avoir des résultats, explique Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot. Il y a de plus en plus de projets d’élevages intensifs, et si on n’est pas présents pour protester contre ce type d’élevage, alors cela continuera à s’étendre. Cela continuera aussi à mettre en difficulté les petits éleveurs qui essaient d’intégrer le bien-être animal en leur proposant des parcours extérieurs. » Pour la Fondation Brigitte Bardot, le Salon de l’Agriculture est une « grande hypocrisie », pour qui « l’univers bucolique » est « trompeur », et loin de « l’univers carcéral et des maltraitances infligées aux millions d’animaux élevés pour la consommation. Que ces animaux soient exposés pour rendre une relation sympathique de l’homme avec l’animal, c’est très bien, mais ce n’est pas du tout représentatif de l’élevage sur le territoire ». A Missé, le projet est en attente, suite à son annulation par le tribunal administratif de Poitiers, qui a estimé que l’étude d’impact comportait des insuffisances.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article