La photo de l'instant où Bardot a dit adieu au cinéma...

Publié le par Ricard Bruno

Ancien photographe de «La Dépêche», Jacques Esparbié a retrouvé un cliché de Brigitte Bardot de 1973. L'actrice lui a écrit pour lui dire la valeur de cette image : c'est sur ce tournage qu'elle a décidé d'arrêter le cinéma et de se consacrer aux animaux.

Ancien photographe de «La Dépêche», Jacques Esparbié a retrouvé un cliché de Brigitte Bardot de 1973. L'actrice lui a écrit pour lui dire la valeur de cette image : c'est sur ce tournage qu'elle a décidé d'arrêter le cinéma et de se consacrer aux animaux.

C'est le tournant de ma vie. Vous étiez là au bon moment» : dans une lettre adressée à Jacques Esparbié, fin février, Brigitte Bardot remercie, en ces termes, ce dernier pour une photo qu'il lui a fait parvenir une semaine auparavant. Des photos marquent l'histoire. Celle que fit le photojournaliste de «La Dépêche du Midi» en 1973 au château de Fénelon à Sainte-Mondane, près de Sarlat, mérite une place au Panthéon du 7e Art.

On y voit Brigitte Bardot avec une petite chèvre serrée contre son torse et, à l'arrière-plan, une vieille dame en noir. C'est lors du tournage de ce qui fut son dernier film : «L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise», de Nina Campanez, que la photo de Bardot a été prise. Mitraillée des milliers de fois dans les années 60- 70, sa délicieuse moue et sa taille de guêpe faisaient régulièrement la Une des magazines en papier glacé. Mais le magnifique cliché publié à l'époque dans nos colonnes est aussi et d'abord informatif : c'est l'instant où BB bascule et dit adieu au cinéma. Pour la parution de son livre, en janvier dernier, elle évoque chez nos confrères du «Monde» sa rencontre improbable avec une figurante et sa chèvre : «La dame me dit un jour : «J'espère que le film sera terminé dimanche. C'est la communion de mon petit-fils, on fera un grand méchoui avec la chèvre.»

La chèvre de Madame Bardot

Jacques Esparbié était à ses côtés. Il immortalise la scène. «Brigitte était bouleversée. Elle s'est jetée sur la bête, j'ai fait mon boulot, j'ai photographié.» Ayant pris connaissance de l'article du «Monde», il s'est replongé dans ses archives : «J'ai retrouvé le cliché et je le lui ai envoyé».

Quelques jours plus tard, fin février, la célèbre actrice lui témoigne sa gratitude. Pour la petite histoire, la chèvre dormira dans la chambre d'un luxueux hôtel, «dans mon lit avec ma petite chienne», raconte-t-elle. Caprice de star trop gâtée ? La suite prouvera que non. Dès novembre 1973, elle met sa fortune et sa notoriété au service de la cause animale.

Porte-parole de la SPA, elle vole au secours des bébés phoques, crée sa fondation, sensibilise le grand public aux méthodes d'abattage des animaux. Plus jamais, celle qui est devenue à 83 ans une des mémés les plus emblématiques de la Côte d'Azur ne reviendra devant les caméras.

Pas peu fier, Jacques Esparbié relit encore une fois la lettre de BB : «Cette photo est formidable. La sorcière mangeuse de chèvres et la fée des animaux qui sauve «Colinette». Joli nom pour l'animal : elle coulera des jours heureux cajolée par le sex-symbol, icône du cinéma français…» Il y a des jours où l'on a (presque) envie de devenir chèvre.


Le jour où le cours de la chèvre a flambé

Sur la Une de notre journal du samedi 16 juin 1973, Etienne Chaumeton et Pierre Coulaud, les deux reporters de «La Dépêche», écriront, non sans humour : «Depuis lors, les cours ont légèrement augmenté en Dordogne.»

«L'histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise», disons-le tout net, n'est pas un bon film. Mais l'œuvre restera dans les dictionnaires de cinéma, puisque c'est sur les plateaux du film de Nina Companez que BB prit la décision définitive de mettre un point final à sa carrière cinématographique. A 39 ans, l'héroïne de «Et Dieu… créa la femme» était aussi célèbre que le général de Gaulle à l'échelle internationale. Et pour sauver une chèvre qui devait être servie lors d'un méchoui, elle a tiré sa révérence. C'est elle qui vient de le révéler. La chèvre de Madame Bardot devrait désormais faire de l'ombre à celle de Monsieur Seguin.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article