Treize propriétaires de chevaux condamnées pour des maltraitances...

Publié le par Ricard Bruno

Le tribunal de police d'Auxerre a condamné à des peines d'amendes les propriétaires pour des infractions de délaissement d'animaux dans le sud de l'Yonne Six associations de protection des animaux étaient partie civile

Tribunal de police d'Auxerre...

Tribunal de police d'Auxerre...

Le tribunal de police d'Auxerre a rendu son délibéré au sujet de l'affaire de maltraitance de chevaux dans le Vézelien et l'Avallonnais. Six associations de protection des animaux se sont portées partie civile pour dénoncer le mauvais état dans lequel se trouvent les équidés depuis des mois. Cent-vingt chevaux parqués dans des près trop petits et sans soins.

L'affaire a été examinée le 16 février dernier et le tribunal a  rendu son délibéré ce vendredi. Les treize propriétaires écopent d'amendes pour un montant total d'environ 1400 euros chacun.

Une satisfaction pour Bernard Revest l'avocat de l'association de protection des animaux "respectons". « Le tribunal, sur les poursuites du parquet, a décidé pour l’essentiel, de condamner les propriétaires de ces chevaux pour des infractions qui sont en réalité des infractions de délaissement.  Les propriétaires ont été uniquement relaxés pour deux infractions dont la privation de nourriture. Je pense que cette décision est une décision juste. La difficulté dans ce genre d’affaire c’est que l’on ne sait pas comment faire avec ces animaux captifs parce que si nous les retirons il faut bien trouver une destination et peu d’associations sont capables de les accueillir »

Seule, une prévenue, Lydie Garette  était présente à l’audience. Si elle ne comprend pas très bien la décision du tribunal elle est soulagée d’être relaxée  sur les faits de privation de nourriture. «On est pas condamné pour le manque de nourriture et ça c’est l’essentiel » .

Elle ne sait pas encore si elle va faire appel de cette décision

Le tribunal a également ordonné le placement de trente chevaux parmi les plus faibles, essentiellement des poulains, des juments prêtes à mettre bas ou les animaux les plus faibles et maigres. Une procédure de plus en plus difficile à mettre en œuvre car les associations sont saturées de demande. La fondation Brigitte Bardot, partie civile dans cette affaire est mandatée avec l’association 30 millions d’amis pour accueilli les chevaux saisis. Mais selon Aline Maatouk de la fondation BB, il est de plus en plus difficile de trouver des places pour ces animaux. «A ce jour nous avons plus de 700 équidés à charge. Nous travaillons avec des sites privilégiés, qui accueillent uniquement des chevaux de la fondation mais nos sites sont saturés et nous sommes  sans cesse à la recherche de nouveaux partenaires donc effectivement cela devient de plus en plus difficile. L’année dernière, nous avons accueilli une centaine de nouveaux chevaux. Cette année, nous sommes déjà à cinquante donc la problématique s’accentue chaque année.

Noter que dans l'Yonne, il n'existe qu'un refuge pour chevaux, celui de Saint-André-en-terre-plaine, lui aussi saturé avec 125 pensionnaires en ce moment.'

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article