Un éleveur écroué, ses bêtes confiées à une association

Publié le par Ricard Bruno

Certains animaux ont été retrouvés en état d’extrême faiblesse. Photo OABA

Certains animaux ont été retrouvés en état d’extrême faiblesse. Photo OABA

Quatre-vingt-dix animaux d’élevage ont été pris en charge mercredi à Saint-Marcellin par une association de protection des animaux à la demande des services de l’Etat : le propriétaire des bêtes ayant été écroué le 1er août, ces dernières étaient quasiment livrées à elles-mêmes en pleine canicule, cinq cadavres d’ovins étant même trouvés sur place. Selon nos informations, l’éleveur a été interpellé par la gendarmerie en exécution d’un jugement du tribunal correctionnel de Grenoble datant de juin 2017 le condamnant pour travail dissimulé, non-remise d’animaux d’élevage à l’équarrissage et complicité d’abattage illicite d’animaux.

Condamné à quatre mois d’emprisonnement, le même homme avait déjà été condamné en 2014 à une peine de prison avec sursis pour des faits semblables. Selon une source judiciaire, le Juge d’application des peines l’a fait incarcérer après avoir estimé qu’il n’y avait pas matière à aménagement de la peine. La justice reproche à l’éleveur d’avoir vendu des animaux à des personnes pratiquant le culte musulman afin qu’ils procèdent à des abattages rituels dans un hangar situé sur ses terres, ce qui est illicite.

« Nous avons dû faire euthanasier quatre animaux qui se trouvaient dans un état très faible. Mais nous avons pris en charge sept bovins, neuf porcins, 66 ovins, six caprins. Une chienne patou sera également prise en compte rapidement”, note Frédéric Freund, directeur de directeur de l’Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA), association de protection spécialisée dans les animaux d’élevage. Les animaux ont été pris en charge sur trois sites d’accueil isérois, en attendant que la situation évolue.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article