Le chasseur avait plombé le chat !

Publié le par Ricard Bruno

Tribunal correctionnel de Blois
Les yeux rougis, Jacky serre dans ses mains la photo de son petit compagnon disparu. Une boule de poils blancs rayée de la carte d’un coup de chevrotine. 
C’était un jour d’automne 2016 à Chaumont-sur-Loire. Les chasseurs s’en allaient au bois traquer le petit gibier. Jacky, un riverain, cheminait non loin avec son petit compagnon. Soudain, le matou file batifoler sous les branchages. Son maître le suit et se fait refouler par un chasseur qui lui intime l’ordre de rester à l’écart. Jacky lui demande d’avertir le groupe que son chat a pris la tangente. Puis une détonation lui glace le sang. Un chasseur sort alors d’un fourré et jette le cadavre de l’animal à ses pieds, une plaie sanguinolente au cou. Quelques heures plus tard, un vétérinaire atteste de la mort du chat par une décharge de plombs dans la gorge. Jacky porte plainte et voilà Philippe, chasseur émérite depuis 38 ans, sommé de répondre d’acte de cruauté sur un animal devant la justice.
“ Il était à l’agonie je l’ai fini ” A la présidente, Marie-Christine de Fierville qui s’inquiète de savoir pourquoi le matou a servi de cible, Philippe oppose un geste… humanitaire : « Le chat a grimpé dans un arbre puis est tombé de 2 mètres de haut dans la gueule de mes chiennes. Quand elles me l’ont apporté, il était à l’agonie, je l’ai fini, c’est tout. » La juge est sceptique : « Le vétérinaire n’a retrouvé aucune plaie de morsures. » Philippe jure que le chat ne bougeait plus d’une oreille et que les mâchoires de ses braques ne lui avaient laissé aucune chance. « Mais, vous-même, les avez-vous vues ces morsures ? », n’en démord pas la présidente. Philippe ne sait plus trop, tout est allé si vite : « Si son propriétaire avait peur il n’avait qu’à hurler, j’aurais rappelé mes chiens ! » Le manque de compassion du prévenu déclenche la colère froide de la vice-procureure Delphine Amacher : « Vous ne trouvez pas audacieux de faire le procès du propriétaire du chat ? Est-ce sa faute si l’information n’a pas été relayée ? Avez-vous pris l’animal dans vos mains pour examiner ses blessures ? » Philippe fait profil bas. Il pensait que c’était un chat errant. Mal lui en prend ! « Ah, parce qu’un chat des champs a moins de valeur qu’un chat domestique ? » Philippe déglutit, il entendrait presque sonner l’hallali.
En charge des intérêts de la Fondation Brigitte Bardot, Me Mizzi dénonce une décision trop rapide « La décision de l’abattre ne lui appartenait pas. » L’avocate réclame 2.000 € de préjudice au nom de la fondation. La vice-procureure enchaîne requérant une amende de 5.000 €, en partie avec sursis.
Me Bourdais, l’avocate du prévenu, tempère : « Mon client a fait un mauvais choix, c’est vrai, mais, dans ce bois, c’était sombre, ses chiens avaient malmené le chat. Il aime les animaux. »
Philippe a été condamné à une amende de 3.000 € dont 2.000 avec sursis. Il devra verser 250 € à la Fondation Brigitte Bardot et 500 € de préjudice à Jacky. « J’ai compris la leçon », lâche le chasseur. Chat échaudé…

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article