Élections européennes cinq listes qui sortent de l’ordinaire

Publié le par Ricard Bruno

Le drapeau et les affiches avec slogans des partis animaliste, volt et parti pirate.

Le drapeau et les affiches avec slogans des partis animaliste, volt et parti pirate.

À côté des familles politiques classiques, quelques «petits partis» sortent du lot. Le parti pirate, animaliste ou encore celui pour l’espéranto mènent aussi leur campagne pour les élections européennes de 2019. Description.

L’un appelle à voter «en faveur des animaux», tandis que l’autre affiche clairement pour slogan: «Arrêtez d’emmerder les Français». Parmi les listes candidates aux élections européennes de mai 2019, cinq partis affichent une différence et sortent de l’ordinaire. C’est le cas notamment du nouveau parti Volt, qui rassemble des jeunes foncièrement pro-européens, ou encore celui du parti pirate, qui a déjà un pied au Parlement européen et souhaite un monde «réellement libre, juste et solidaire».

 Volt, le parti transnational

Le jeune parti se définit comme paneuropéen, progressiste et en lutte contre les partis extrémistes. Son mot d’ordre: s’unir. Volt veut ressouder l’Europe et proposer le même programme dans tous les États membres. Les 25.000 personnes qui ont rejoint le mouvement transnational déplorent que «l’UE soit bloquée par des querelles de compétences et par l’incapacité de s’aligner sur des intérêts partagés.»

Volt se veut un parti jeune. La plupart des adhérents ont moins de 30 ans et regrettent tous que «la politique nationale semble coincée dans les anciennes divisions gauche-droite et libérale-conservatrice, mais ne donne pas de réponses dans un monde instable et en mutation rapide.»

 Le Parti pirate

Un drapeau flotte en fond de leur site internet: un P en forme de voile. Les pirates français ont rejoint en 2011 le mouvement international fondé en 2006 en Suède. Leur devise: «Liberté, démocratie, partage». S’ils ont choisi de se nommer ainsi, c’est pour l’étymologie du mot «pirate» qui, en latin, signifie «qui est entreprenant». «Ainsi, face aux systèmes politiques et économiques actuels dépassés par la révolution numérique, le Parti pirate constitue une nouvelle aventure humaine pour construire et apporter une réponse politique aux aspirations des citoyens pour un monde réellement libre, juste et solidaire», annoncent-ils.

Le Parti pirate a déjà un pied au Parlement. Lors des dernières élections européennes, l’Allemande Julia Reda y a obtenu un siège. En République tchèque, le parti a un certain succès. Aux élections législatives de 2017, il a obtenu le troisième meilleur résultat: 10,79%.

» LIRE AUSSI - Élections européennes: ce qui change en 2019 par rapport à 2014

 Le Parti animaliste

Comme son nom l’indique, le parti défend la cause animale et appelle à «voter en faveur des animaux». «Le sort réservé aux animaux apparaît sclérosé depuis des siècles et n’a pas fait l’objet d’évolutions significatives», déplorent ses membres sur le site internet de la formation. Leur but: faire émerger la question animale dans le champ politique.

Créé officiellement en 2016, le groupe avait, au cours des deux années précédentes, rejoint les actions menées par le parti néerlandais Partij voor de Dieren (Parti pour les animaux). La majeure partie de son programme vise donc à «inclure dans les politiques publiques, la prise en compte des intérêts des animaux».

Un programme soutenu par Brigitte Bardot et Laurent Baffie, qui se sont joints à la liste pour les élections européennes. Le parti a d’ailleurs été pénalisé pour ne pas avoir respecté le principe de parité lors des élections législatives de 2017 en proposant plus de femmes que d’hommes. Son financement public a donc été amputé de 36%.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article