La Fondation Bardot dévoile deux clips contre l'abandon des animaux l'été

Publié le par Ricard Bruno

"L'abandon tue", campagne d'été de la Fondation Brigitte Bardot. Capture d'écran Fondation Brigitte Bardot

"L'abandon tue", campagne d'été de la Fondation Brigitte Bardot. Capture d'écran Fondation Brigitte Bardot

L'abandon de son animal est passible de 30 000 euros d'amende et de deux ans d'emprisonnement.

Une homme sort un chien du coffre de sa voiture et le jette en forêt. Un mauvais film ? Non, il s'agit de l'une des scènes d'une des deux courtes vidéos postées sur YouTube par la Fondation Brigitte Bardot, qui lance ce vendredi sa campagne contre l'abandon durant la période estivale. 

"Chaque été en France, près de 60 000 animaux sont délaissés, lâchement abandonnés par leurs propriétaires et ainsi condamnés à une souffrance et à une mort certaines", rappelle la Fondation dans un communiqué, alors que sa présidente a déjà étrillé Emmanuel Macron pour son inaction sur la question des droits des animaux. 

30 000 euros d'amende et deux ans de prison

 

Pour sensibiliser le public "à cet acte cruel", passible de 30 000 euros d'amende et de deux ans d'emprisonnement, les défenseurs des animaux montrent aussi un chat mis dans un carton et déposé au pied d'une poubelle. Chaque vidéo se termine par de fortes détonations. "L'abandon tue", peut-on lire. 

"Les refuges sont surchargés, ils ne peuvent pas faire face aux trop nombreux abandons, dont la France détient un bien triste record en Europe", s'indigne la Fondation Brigitte Bardot qui espère avec cette campagne "sensibiliser et responsabiliser le grand public". 

Auparavant, la Fondation 30 millions d'amis avait lancé sa propre campagne avec une vidéo "choc", We are the champions, un film mettant en scène différentes personnes qui abandonnent leur animal en chantant le titre mythique du groupe Queen ainsi que la SPA avec ce slogan "Cet été, faites taire les souffrances de l'abandon".

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article