Affirmant subir une "vraie inquisition" de la cour des comptes, Brigitte Bardot, révoltée, sort la sulfateuse

Publié le par Ricard Bruno

Le Canard Enchaîné met en cause notamment "plus d'un demi-million d'euros d'honoraires annuels" qui seraient perçus par l'avocat de Bardot, Maître Jean-Louis Bouguereau. Photos L.A. et PP

Le Canard Enchaîné met en cause notamment "plus d'un demi-million d'euros d'honoraires annuels" qui seraient perçus par l'avocat de Bardot, Maître Jean-Louis Bouguereau. Photos L.A. et PP

Une fois n'est pas coutume, Brigitte Bardot s'en prend à un animal. La pauvre victime n'est autre que le Canard Enchaîné.

L'un de ses articles qui s'appuie sur un récent rapport de la cour des comptes met en avant une gestion douteuse de ses ressources. Article qui depuis est repris en boucle sur le Net par la presse people.

En cause notamment "plus d'un demi-million d'euros d'honoraires annuels" qui seraient perçus par son avocat Maître Jean-Louis Bouguereau. Or ce dernier, retraité du barreau d'Aix-en-Provence et autrefois Tropézien, n'apparaît à aucun moment dans le rapport...

 

"L'AVOCAT CE N'EST PAS MOI!"

«L’avocat dénommé Me X. dans le rapport de la cour des comptes n’est pas moi et les honoraires mentionnés dans l’article sont ahurissants... De toute évidence j’ai été victime d’une dénonciation calomnieuse ou pire d’une usurpation d’identité car je n’ai jamais prêté mon concours d’avocat à Mme Brigitte Bardot ou à sa fondation depuis 25 ans. De surcroît, j’ai pris ma retraite d’avocat en 2003 et je n’ai jamais participé à une réunion de cette fondation dont je n’ai jamais franchi les portes de son siège», confirmait, ce vendredi soir, celui qui fut par ailleurs conseiller régional Paca FN jusqu'en 2005 avant de claquer la porte au parti.

MACHINATION POLITIQUE

Dans le camp Bardot, on dénonce tout bonnement "une entreprise de dénonciation contre la Fondation. Un total amalgame et une machination politique".

"L’avocat actuel de la Fondation qui n’est effectivement pas Me Bouguereau, a démissionné de son poste de secrétaire général. Ses honoraires s’élèvent à environ 20.000 euros par mois (soit 240.000 e annuels, Ndlr), cela pour traiter des centaines de dossiers par an" est-il ajouté, tandis que Brigitte Bardot s'est fendue ce vendredi soir pour notre titre d'une réaction sans concession (lire ci-dessous).

Affirmant subir une "vraie inquisition" de la cour des comptes, Brigitte Bardot, révoltée, sort la sulfateuse

"Paris, le 13 décembre 2019
Révoltée, outrée et attaquante, je mets en garde les « chiures de mouche » qui
ont osé attaquer ma Fondation dans des « torchons » diffusant des erreurs
accablantes et diffamatoires cherchant à salir ce que j’ai de plus sacré au
monde.
J’ai tout quitté, tout vendu, tout donné pour créer ma Fondation en 1986.
Depuis, celle-ci n’a fait que prospérer en devenant une des plus importantes en
France et dans le monde entier.
En lieu et place de gouvernements qui ne font rien, nous sauvons chaque
année des milliers d’animaux partout dans le monde.
Ma Fondation est irréprochable.
Je l’ai voulue à mon image, courageuse, honnête, efficace, dévouée à toutes les
misères.
La Cour des comptes vient depuis deux ans mettre son nez dans tous nos
papiers, nos contrats, nos dépenses, notre fonctionnement, nos employés, nos
bénévoles, nos refuges, une vraie inquisition.
Ils n’ont rien trouvé. Nous sommes « blanc-bleu ».
Mais les « torchons » à scandale m’accusent de transactions douteuses avec
l’avocat de la Fondation dont ils n’ont même pas vérifié le nom ! La preuve de
leur indigne délation.
JE LES MÉPRISE et lorsque je mords, je ne lâche jamais. À bon entendeur, salut !"

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article