Savoie : il avait frappé au visage un enquêteur de la fondation Brigitte Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Un homme de 47 ans, résidant à Mercury en Savoie, comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Albertville, mercredi, pour violence sur un bénévole de la fondation Brigitte Bardot. Il a été condamné à 1 000 euros d’amende.

Le quadragénaire a été jugé par le tribunal correctionnel d’Albertville, mercredi. Photo illustration

Le quadragénaire a été jugé par le tribunal correctionnel d’Albertville, mercredi. Photo illustration

nformée par un courrier de l’état sanitaire préoccupant d’une chienne de race border collie, la fondation Brigitte Bardot mandatait l’un de ses enquêteurs bénévoles qui, le 27 mai, s’est rendu dans le village de Mercury où réside le propriétaire de l’animal. Ne trouvant personne à la porte de l’habitation à laquelle il avait sonné, le représentant de l’association s’était avancé vers un petit chenil dans lequel il avait aperçu la chienne.

Le bénévole s’était présenté avant de recevoir le coup

Alors qu’il s’assurait du bon état général de celle-ci à travers la grille, l’enquêteur se retrouvait face à face avec son maître qui, d’emblée agressif, lui assenait un violent coup de poing au visage.

Blessé à l’œil et au nez, le bénévole avait pourtant pris soin de décliner sa qualité à son agresseur avant de recevoir le coup. Poursuivi pour “violence sur une personne chargée d’une mission de service public”, l’homme de 47 ans comparaissait, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel d’Albertville où il a évoqué un geste irréfléchi. « C’est vrai que j’ai commis un geste irréfléchi, mais c’était dû à un trop-plein de choses car trois semaines avant on m’avait volé ma chienne et cette visite a été la goutte d’eau. »

Dans ses réquisitions, la procureure Sophie Mauboussin a dénoncé un geste inacceptable. « La victime qui avait annoncé sa qualité a quand même été frappée alors qu’elle exerçait sa mission dans un cadre tout à fait légal ce qui, de la part du prévenu, est un geste inacceptable. »

Défendu par Me Sylvie Morardet-Vallet, laquelle a décrit son client comme quelqu’un de très apprécié dans son village, le quadragénaire sans antécédents judiciaires a été condamné à 1 000 € d’amende avec sursis.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article