Abattage des chats à Feux, le maire s'explique...

Publié le par Ricard Bruno

Julien Barbeau s'est exprimé devant la population lors des voeux

Julien Barbeau s'est exprimé devant la population lors des voeux

Soupçonné d'avoir abattu, avec un employé municipal, dix chats dans sa commune, Julien Barbeau, maire de Feux, a exprimé ses regrets, ce samedi soir, lors de la traditionnelle cérémonie des voeux de la municipalité.

Lors de la traditionnelle cérémonie des voeux municipaux de début d'année aux habitants de Feux, ce samedi 18 janvier, Julien Barbeau, maire du village, s'est exprimé sur l'affaire des chats abattus dans sa commune, pour laquelle il est renvoyé, aux côtés d'un employé municipal, devant la justice le 6 octobre prochain. Pour l'heure présumés innocents, les deux hommes comparaîtront pour « acte de cruauté envers un animal domestique » à la suite de l’abattage, en décembre, de dix chats, potentiellement errants.

« Je regrette très sincèrement la décision qui a été la mienne », a déclaré l'élu, devant une salle des fêtes comble et sous tension. Il a reconnu que « suite à des appels et messages pressants d'une personne de la commune qui était envahie de chats errants, provoquant des troubles de salubrité, j'ai décidé de réguler une partie de cette population et n'ai pas respecté la procédure qui aurait dû être suivie ».

Une décision prise « seul » 

Après deux plaintes, déposées par un particulier et l'association nationale Fondation assistance aux animaux, une enquête pour « acte de cruauté envers un animal domestique » avait été ouverte par le parquet de Bourges.

Julien Barbeau a indiqué avoir pris « seul » la décision, « sans en informer le conseil municipal et sans en mesurer les conséquences ». 

« Il est bien entendu que j'assume la responsabilité de cet acte, a affirmé l'élu. Je tiens à m'excuser très sincèrement auprès des personnes concernées, ainsi qu'auprès des personnes qui se sont senties choquées et trahies par ma démarche. »

Il est bien entendu que j'assume la responsabilité de cet acte

Des personnes défendant la cause animale présentes dans la salle ont vivement pris la parole alors que le maire s'exprimait, interrompant son discours. « Monsieur le maire, vous avez pris la responsabilité de faire une atrocité alors que vous connaissiez le geste que vous faisiez », a lancé l'une d'elle. Une insulte à l'égard de l'élu a fusé, tandis qu'une autre partie de la salle lui manifestait son soutien. 

Même s'ils sont errants, vous n'avez pas le droit de les tuer

« Ils n'étaient pas tous errants, a martelé un propriétaire de chats ayant été abattus, également présent dans la salle. La première chose à faire est de contrôler si les chats ont des puces et des tatouages. » 

« Même s'ils sont errants, vous n'avez pas le droit de les tuer », ont ajouté les défenseurs des animaux.

Le maire se met en retrait de la vie publique

Après avoir repris la parole, Julien Barbeau a déclaré avoir « pris la décision de [se] mettre provisoirement en retrait de la vie publique, non pas pour fuir ou par manque de courage mais par respect ». Les élections municipales approchant, il a annoncé « avoir besoin de temps et de réflexion » et « ne pas être en mesure » d'annoncer la décision de se représenter ou non.

Après le discours du maire, qui a également dressé un bilan de l'année écoulée et des projets en cours, un vif échange s'est relancé entre celui-ci, soutenu par des habitants, et les défenseurs des animaux.  Des gendarmes étaient déployés à l'extérieur de la salle municipale où se tenait la cérémonie.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article