Dordogne. Condamné à six mois de prison ferme pour avoir battu son chiot de quatre mois

Publié le par Ricard Bruno

Un jeune homme de 22 ans a été condamné par le tribunal de Périgueux à huit mois de prison dont six ferme pour des actes de cruauté envers son chiot. L’animal, âgé de quatre mois, avait été victime de coups répétés avant d’être laissé pour mort.

Dordogne. Condamné à six mois de prison ferme pour avoir battu son chiot de quatre mois

Le tribunal correctionnel de Périgueux (Dordogne) a condamné un jeune homme de 22 ans à huit mois de prison dont six ferme, vendredi 27 février. Il était poursuivi pour des actes de cruauté sur son chiot de quatre mois, rapporte France Bleu Périgord.

Les faits de maltraitance remontent à juillet dernier. À cette époque, l’homme originaire de Terrasson-Lavilledieu s’en prend régulièrement à son jeune Beauceron, lui assénant coups de pied et coups de poing. Jusqu’au jour où le chiot, baptisé Tayson, est laissé pour mort et conduit chez le vétérinaire.

Le prévenu a écopé de huit mois de prison dont deux avec sursis pour actes de cruauté envers son chiot.

Plusieurs mois avant de reprendre confiance en l’humain

Soigné notamment pour une fracture du fémur, le chien est ensuite pris en charge par la SPA de Périgueux qui va mettre quatre mois à lui redonner confiance en l’homme. Même si Tayson est désormais sorti d’affaire, il gardera à vie des séquelles des coups portés par son maître.

Celui-ci a été condamné par le tribunal correctionnel à huit mois de prison dont deux avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve de deux ans. Il a interdiction de détenir des animaux, devra indemniser la SPA à hauteur de 3 000 € et doit verser 600 € à la fondation Brigitte Bardot pour dommages et intérêts, mais il pourrait faire appel.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kannia 03/03/2020 12:35

Voilà une bonne nouvelle ! la justice doit prendre des mesures exemplaires à chaque cas de maltraitance animale pour tous les bourreaux (pour ne pas dire salopards) !