Désormais établi en Corrèze, le chamois va être chassé pour la première fois cette année

Publié le par Ricard Bruno

La connerie humaine n'a décidément aucune limite, à peine établie et présente en Corrèze le chamois va être chassé, oui vous avez bien lu chasser, quelle HONTE, mais MERDE foutez leur la paix, comment peut-on autoriser de telles pratiques, en France il y a moins d'un million et quelques de chasseurs qui emmerdent le reste de la population, une bonne fois pour toutes, la chasse et les "CHIASSEURS" au musée!

Bruno Ricard 

Implanté dans le secteur de la vallée de la Dordogne, le chamois va être chassé pour la première fois en Corrèze (image d'illustration)

Implanté dans le secteur de la vallée de la Dordogne, le chamois va être chassé pour la première fois en Corrèze (image d'illustration)

Arrivé en suivant des vallées depuis le Cantal voisin, et désormais installé en Corrèze, le chamois va y être chassé pour la première fois. Trois animaux, maximum, figurent au plain de chasse et seront prélevés pour la saison 2020-2021.

C'est inédit dans l'histoire de la chasse en Corrèze. Pour la toute première fois, le chamois figure au plan de chasse pour la saison 2020-2021 dont l'ouverture générale est prévue en septembre prochain. Car oui, l'animal est présent en Corrèze ! Avide des zones rocheuses, il est arrivé il y a entre quinze et vingt ans après avoir suivi des vallées très escarpées depuis le Cantal voisin où il a été introduit à la fin des années 70.

Présence avérée et reproduction dans la vallée de la Dordogne

Assez logiquement, c'est dans le secteur de la vallée de la Dordogne qu'il commence vraiment à s'établir. "C'est une espèce qui se plaît dans les endroits très abruptes " indique David Murat, directeur adjoint de la fédération de chasse de Corrèze, qui suit de très près son évolution depuis cinq ans maintenant. Avec les chasseurs, un comptage est organisé chaque année. Celui prévu fin mars cette année n'a pas eu lieu à cause du coronavirus, mais "une trentaine d'individus ont été comptés entre Argentat et Bort-les-Orgues en une matinée lors de celui effectué l'an passé " poursuit-il, ce qui permet de penser qu'ils sont bien plus nombreux. 

"Il y a des cas de reproduction annuelle " certifie-t-il, " on peut dire qu'on a une petite population de chamois installés sur le département ". Les pêcheurs sur les lacs des barrages de la rivière Dordogne en ont aussi signalé, tout comme des pièges photos également installés dans ce secteur. Signe qu'il y a là un noyau qui a conduit les sociétés de Marcillac-la-Croisille et Saint-Merd-de-Lapleau à solliciter quelques prélèvements.

Trois animaux maximum seront chassés

La fourchette proposée par la préfecture, entre 0 et 5 animaux à prélever, vient d'être revue à la baisse après une consultation du public qui vient de se terminer. "Il a été décidé qu'il y aurait trois prélèvements maximum après des échanges avec plusieurs partenaires qui sont consultés dans le cadre de l'élaboration du plan de chasse " précise Jean-François Sauvage, le président de la fédération. "Finalement, les attributions ne concerneront que la société de chasse de Saint-Merd-de-Lapleau, le premier territoire où le chamois a été vu " tout en précisant, qu'au final, sans doute deux animaux au maximum seront effectivement chassés sur les trois autorisés.

Le chamois s'installe de manière assez durable

Le chamois, dont la présence est donc relativement récente sur le territoire, semble commencer à prendre ses aises. Un individu a été vu à Treignac dernièrement, c'était à Peyrelevade l'an passé, un autre a carrément été photographié aux portes de Brive il y a deux ans par hasard par un piège photo. "Cela tend à démontrer que les animaux s'installent de manière assez durable " estime Gilles Gorceix, chef du service de l'Office Français de la Biodiversité en Corrèze (ex office de la chasse et de la faune sauvage) "et on sait qu'il y a de la reproduction. Début mai, en allant faire un suivi du faucon pèlerin dans le secteur de la vallée de la Dordogne, un agent a vu _quatre femelles avec leurs jeunes chevreaux_. Il y a donc une présence permanente de chamois sur cette zone, c'est incontestable ".

Gérer finement les attributions et l'évolution de la population

Mais il a lui-même d'abord émis des réserves sur la possibilité d'en chasser quelques uns, "car cela reste une population assez limitée. Maintenant, prélever deux ou trois animaux, c'est envisageable. Ensuite, il faudra _que la fédération de chasse_, qui a désormais la maîtrise des attributions, soit très vigilante à ce sujet et sur le suivi des prélèvements qui seront réalisées". Dans un premier temps, il ne pourra pas être chassé pour l'ouverture générale en septembre. Il pourra être prélevé à compter à compter du 17 octobre 2020 et jusqu'au 28 février 2021 au plus tard. Car il s'agit bien de gérer une population nouvelle en Corrèze. A titre de comparaison, près de 300 chamois peuvent désormais être abattus chaque année dans le Cantal où l'animal a été implanté il y a une quarantaine d'années.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article