ROQUEFORT SOUFFRANCE D'ORIGINE GARANTIE !

Publié le par Ricard Bruno

ROQUEFORT SOUFFRANCE D'ORIGINE GARANTIE !

LA FACE CACHÉE DU ROQUEFORT

 

Le roquefort est produit à partir du lait de brebis. Pour produire ce lait, les brebis doivent donner naissance à un ou deux petits chaque année. Ainsi, plus de 500 000 agneaux naissent chaque année pour la production du roquefort. En surnombre, les trois quarts d’entre eux sont envoyés dans des élevages intensifs où ils seront engraissés pour la viande. Comme c’est le cas dans cet élevage d’Aveyron, la SARL Grimal, une des plus grosses exploitations de France. Les agneaux sont entassés dans des enclos sans accès à l’extérieur. Certains agonisent lentement dans l’élevage et meurent avant d’atteindre 4 mois, âge auquel ils sont envoyés à l’abattoir.

Une partie de ces agneaux est tuée à l’abattoir d’Arcadie Sud-Ouest, près de Rodez. Certains reçoivent des chocs électriques censés les insensibiliser et provoquer une crise cardiaque. Ici, le procédé n’est pas maîtrisé par les employés, si bien que des animaux reçoivent le choc sans être étourdis. D’autres sont égorgés à vif. Les agneaux se voient mourir les uns les autres. Beaucoup sont suspendus encore conscients sur la chaîne d’abattage.

Ces graves infractions avaient déjà été constatées dans un rapport vétérinaire en 2016. Quatre ans plus tard, rien n’a changé. Exigeons la fermeture de cet abattoir.

Un rapport vétérinaire de 2016 accablant

En 2016 déjà, les pratiques de mise à mort des animaux à l’abattoir d’Arcadie Sud-Ouest étaient désastreuses. 

Une inspection vétérinaire détaillée avait attesté plusieurs « non-conformités majeures ». On peut notamment lire dans le rapport que les animaux voient

mourir ceux qui les précèdent en raison d’une « absence de rideau de masquage au poste de mise à mort », et qu’ils sont  « systématiquement hissés conscients ». L’abattoir se voit attribuer la pire évaluation : « non-conformité majeure » pour la mise à mort des animaux !

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article