Brigitte Bardot : Vie privée, vie publique...Documentaire inédit du 13 08 2020

Publié le par Ricard Bruno

Bardot est-elle une véritable actrice ? Il faut dire La Vérité. C’est l’époque des Mépris, celui de Godard bien sûr, mais aussi celui de la presse, celui des foules. Alors, l’amour permet de s’évader de la bardolâtrie : les avions vers Rio avec Bob Zagury et les jets privés avec Gunther Sachs.

Brigitte Bardot entourée de journalistes à New York en 1965.
Brigitte Bardot entourée de journalistes à New York en 1965.

Le mot paparazzi aurait pu être inventé pour Bardot. Au début des années 1960, elle est non seulement la femme la plus belle mais aussi la personne la plus photographiée du monde. Bardot est une icône internationale. Brigitte est happée par BB.

Brigitte Bardot a inventé sa propre fiction. Dès le début, il y a quelque chose dans le processus qu’elle va mettre en place : du désenchantement, de l’euphorie et de la mélancolie. C’est une héroïne habitée par ces trois chapitres.                                        
David Teboul, réalisateur

On la copie, on s’arrache ce qu’elle porte : toutes les femmes du monde veulent se marier en vichy et arborer une choucroute extravagante sur la tête. 

Le dos le plus photographié au monde. Bardot répond aux journalistes en 1963.
Le dos le plus photographié au monde. Bardot répond aux journalistes en 1963.

On escalade des murs, on se cache des heures dans les bosquets - on franchit les frontières - trop souvent, celle qui sépare vie publique et vie privée.

Au cours des années 60, elle cherche quand même l’attrait des médias, elle cherche la notoriété, et en même temps, elle souffre des conséquences. C’est une impasse : la star a besoin du regard des médias pour exister, la femme ne supporte plus les excès que ces médias entrainent, les contraintes sur sa vie privée en particulier.                                        
Ginette Vincendeau, professeur d’études cinématographiques

Pour ses 26 ans, louve prise au piège, elle se ronge une patte dans l’espoir de se libérer. Tentative de suicide, une parmi d’autres. La traque n’en devient que plus féroce.

On allait se mettre dans les cailloux, dans l’eau, devant la Madrague, bronzés jusqu’à la taille parce qu’on y restait toute la journée, même avec de l’huile, on cramait ! Dès qu’elle sortait de sa maison, elle faisait semblant de ne pas nous voir et elle poussait ses chiens dans l’eau pour qu'ils nous mordent. Les chiens s’en foutaient. Ils nageaient un peu, puis revenaient s’étendre sur la plage. Elle enrageait.                                             
Daniel Angeli, le “roi des paparazzis”

En 1963, Godard tourne Le Mépris. Il la veut. BB accepte, bien que ce « genre d'intello cradingue et gauchisant me hérisse le poil ». Elle s'envole pour l’Italie. Capri rayonne du bleu de la mer et du ciel, Michel Piccoli est amical et attentionné, Jean Luc Godard hautain et stressé, Bardot furieuse mais nonchalante dans son peignoir jaune canari.

La villa de Malaparte est le théâtre où Godard met en scène la fin banale d’une histoire d’amour, tirée d’un roman d’Alberto Moravia, l’auteur le plus connu en Italie à ce moment-là.  

Elsa Morante, l’épouse de Moravia, méprise son mari, Ana Karina méprise Godard, Camille méprise Paul - Godard et Bardot se regardent en chien de faïence. 

Camille (Brigitte Bardot) tourne le dos à Paul (Michel Piccoli) sur le toit de la Villa Malaparte dans Le Mépris de Jean-Luc Godard.
Camille (Brigitte Bardot) tourne le dos à Paul (Michel Piccoli) sur le toit de la Villa Malaparte dans Le Mépris de Jean-Luc Godard.

De la rencontre de ces deux mythes du cinéma français naîtra un des films les plus connus au monde. Après l’Olympe, les enfants des dieux entreprennent de grands travaux. Le Mépris reste le film de Godard. Le Mépris reste le film de Bardot. 

Le Mépris, c’est aussi un film sur une star du cinéma populaire face à l’élitisme et à la culture cinéphile la plus féroce. Pour Godard, la star du cinéma populaire ne peut pas avoir d’existence. Camille doit donc mourir à la fin du film.                                             
Ginette Vincendeau, professeur d’études cinématographiques

Le soleil se couche à l’Ouest. Brigitte Bardot part au Mexique pour tourner Viva Maria ! de Louis Malle.

On a été tourner au Mexique et on s’est rendu compte que même dans des villages où il n’y avait pas le cinéma, tout le monde savait qui était Bardot.                                             
Ghislain Uhry, chef décorateur

 

Dessins préparatoires de Ghislain Uhry pour les costumes de Viva Maria !
Dessins préparatoires de Ghislain Uhry pour les costumes de Viva Maria !

BB partage l’affiche avec Jeanne Moreau. La presse leur prête une rivalité. Mais le duo de ces créatures qui s’opposent comme le soleil et la lune crée pour le film à venir une attente sans précédents. Les produits dérivés sont nombreux et variés : on produit même, à Tel Aviv, des collants estampillés Viva Maria. La célébrité de Bardot va se poursuivre, mais sa carrière va entrer dans le creux de la vague. Il est temps de partir en voyage avec des amoureux. Vers l’Ouest, où le soleil se couche...

Brigitte Bardot et Gunter Sachs atterrissent à Las Vegas où ils se marient sans prévenir. 1966
Brigitte Bardot et Gunter Sachs atterrissent à Las Vegas où ils se marient sans prévenir. 1966

Un acte de courage peu connu de Brigitte Bardot est analysé dans cet article d'Évelyne Sullerot, lu dans le documentaire par Sonia Masson.

Merci à l’hôtel de La Ponche à Saint-Tropez.

Virginie Efira lit les mémoires de Brigitte Bardot. 

Une série documentaire de Simonetta Greggio, réalisée par Julie Beressi.

Avec les voix de
Sonia Masson
Frédéric Bocquet
Régis Royer

Archives INA
Véronique Jollivet
Amélie Briand-Lejeune 

Prise de son
Hélène Langlois
Christophe Papon
Jérémie Tuile
Alexandre Abergel
Laurent Macchietti

Mixage
Régis Nicolas

Source de l'article : France Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article