Cadavres de chiens, chats, furet et lapins : près de Toulouse un couple maltraitait les animaux

Publié le par Ricard Bruno

L'horreur continue, mais quand est-ce que cela va s'arrêter, il faut que la justice prononce des peines sévères exemplaire contre ces tortionnaires, ce n'est pas possible !
Bruno Ricard

Cadavres de chiens, chats, furet et lapins : près de Toulouse un couple maltraitait les animaux

Un couple de trentenaires a été intercepté par les militaires de la compagnie de Toulouse Saint-Michel ce samedi à Quint-Fonsegrives, parce qu’il circulait sur le dos d’un cheval qui tirait un chariot rempli de chiens. Les animaux, mal en point, ont été placés ou confiés à un vétérinaire. 

La scène est surréaliste. Samedi après-midi, une femme avance à cheval dans les rues de Toulouse et tire à l’aide d’une corde un chariot rempli de chiens. Certains sont en forme, d’autres atteints de la gale, l’un d’eux est mourant. Elle et son compagnon sont finalement interceptés par les gendarmes de la communauté de brigades de Balma, alors qu’ils se trouvaient à Quint-Fonsegrives, dans l’Est toulousain.

 

Quelques jours plus tôt, Betty, la présidente de l’association Agir pour les animaux et Martine, représentante de la fondation Brigitte-Bardot, avaient été alertées par une vidéo de maltraitance sur les chevaux. Sur le court-métrage tourné à côté du Lac de La Ramée, à Tournefeuille, apparaissait une trentenaire. Cette dame frappait le canasson, très amaigri. Une rapide enquête leur a permis de localiser un squat à Tournefeuille où cette femme et son conjoint résident depuis plusieurs semaines.

 

Un chaton en décomposition

Alertés, les policiers se sont rendus sur place pour un contrôle d’identité. Ils n’ont, dans un premier temps, rien vu de particulier. « Le lendemain, nous sommes revenues sur place avec Martine, mais cette fois, les logeurs, ainsi que le cheval et plusieurs chiens avaient quitté les lieux. Ce qu’on a découvert à l’intérieur de ce bâtiment délabré est une horreur », confie Betty.  Elle décrit notamment la présence d’un charnier. Trois corps de chiens, un furet, deux chatons, dont un en état de décomposition, ainsi que des lapins morts ont été découverts sur place. « Les animaux étaient logés dans un tout petit espace et devaient se battre pour manger », observe Betty, en colère. 

Un des chats retrouvés morts
– ./ Photo Agir pour les animaux
Le corps d'un chien retrouvé au squat de Tournefeuille
Le corps d’un chien retrouvé au squat de Tournefeuille– ./ Photo Agir pour les animaux

Elle a parcouru 27 bornes sur le dos du cheval

Aidées par les forces de l’ordre, les deux femmes sont parties à la recherche des fautifs et des autres bêtes en danger. Le couple est alors aperçu à plusieurs endroits de Toulouse par des passants, ahuris devant cette scène surréaliste. Tous décrivent une femme assise sur un cheval, qui tire un chariot de supermarché rempli de chiens. Ils ont marché plusieurs dizaines de kilomètres, puisque les gendarmes de la communauté de brigades de Balma  les ont finalement interpellés dans la commune de Quint-Fonsegrives à 26 km de Tournefeuille ! L’homme et la femme d’une trentaine d’années souhaitaient, en réalité, rejoindre un refuge à Lanta et se trouvaient à mi-chemin. 

Le cheval passait sa journée dans ce lieu
Le cheval passait sa journée dans ce lieu– ./¨Photo Agir pour les animaux
L'entrée du box du cheval, nommé Spirit
L’entrée du box du cheval, nommé Spirit– ./ Photo Agir pour les animaux

Une plainte déposée, une autre va suivre

Interceptés par les militaires, ils seront convoqués ce lundi au commissariat de Tournefeuille, puisqu’ils sont suspectés de maltraitance sur les animaux. La fondation Brigitte-Bardot a déposé plainte, Agir pour les animaux va faire de même ce lundi.  » On veut faire un complément de plainte et attaquer également pour acte de barbarie. On se porte partie civile, on va demander que les animaux soient confiés », prévient Martine, qui enquête pour sa fondation.

Le cheval a été pris en charge par Martine, tandis qu’un des chiens très mal en point a été confié à un vétérinaire. « Les autres sont chez moi, ils sont affamés. Je les nourris depuis hier. J’espère que le parquet de Toulouse sera exemplaire », annonce Betty qui ne lâchera pas le morceau. « Au minimum, il faudra l’interdire d’avoir des animaux… »

Source de l'article : Cliquez ICI

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cmafalda 07/09/2020 15:44

quel horreur !!! pauvre animaux .....