TAXER LA VIANDE POUR LUTTER CONTRE LES PANDÉMIES

Publié le par Ricard Bruno

TAXER LA VIANDE POUR LUTTER CONTRE LES PANDÉMIES
Le 29 octobre 2020, l’IPBES (Plateforme Intergouvernementale Scientifique et Politique sur la Biodiversité et les Services Ecosystémique) a publié un rapport* majeur sur la biodiversité et les pandémies rédigé par 22 grands experts mondiaux. La Fondation Brigitte Bardot vous détaille cette étude !

DES CHANGEMENTS NÉCESSAIRES

L’objectif de ce rapport : préparer les gouvernements du monde entier à la multiplication des pandémies en identifiant, d’une part, les facteurs de risque (y compris déforestation et commerce des espèces sauvages) et en proposant, d’autre part, un plan d’actions visant à anticiper et limiter l’impact des prochaines pandémies.

D’après ce rapport d’experts, s’il n’y a pas un changement radical dans l’approche globale de la lutte contre les maladies infectieuses, dans les prochaines décennies les pandémies se propageront plus rapidement, feront plus de dégâts à l’économie mondiale, seront plus nombreuses, plus meurtrières que la COVID-19.

ACTIVITÉ HUMAINE MEURTRIÈRE

Pour le Dr Peter Daszak, qui a présidé les travaux de l’IPBES pour ce rapport, « les mêmes activités humaines, qui sont à l’origine du changement climatique et de la perte de biodiversité, entraînent également le risque de pandémie par leurs impacts sur notre environnement ». Sont visés en particulier l’expansion et l’intensification de l’agriculture, la déforestation pour la production d’aliments destinés aux animaux d’élevage…

D’après le Fonds Mondial pour la Nature, la destruction de l’Amazonie par le feu est orchestrée par l’agro-industrie, encouragée par le président brésilien d’extrême droite Bolsonaro. L’objectif de ces incendies est de « libérer » des terres afin de produire de la nourriture destinée aux animaux parqués dans des élevages intensifs.

L’Union européenne a une responsabilité majeure dans cette catastrophe écologique, ses Etats membres seraient responsables de 36% de la déforestation liée au commerce mondial de produits agricoles. La France importe ainsi plus de 3 millions de tonnes de soja pour l’alimentation de ses animaux d’élevage, participant directement à la déforestation de l’Amazonie.

 

PRÉVENIR PLUTÔT QUE GUÉRIR

Le rapport publié par l’IPBES propose différentes mesures qui peuvent être prises par les dirigeants en partant du principe que « le risque de pandémie peut être considérablement réduit en réduisant les activités humaines qui entraînent la perte de biodiversité, par une plus grande conservation des aires protégées et par des mesures qui réduisent l’exploitation non durable des régions à forte biodiversité. »

Pour les chercheurs, traiter la pandémie après son apparition est 100 fois plus couteux que prendre des mesures préventives. Parmi les mesures préconisaient dans le rapport des experts :

  • S’assurer que le coût économique des pandémies est pris en compte dans la consommation, la production et les politiques et budgets gouvernementaux ;
  • Permettre des changements pour réduire les types de consommation, l’expansion agricole mondialisée et le commerce qui ont conduit à des pandémies ; cela pourrait inclure des taxes ou des prélèvements sur la consommation de viande, la production animale et d’autres formes d’activités à haut risque de pandémie ;
  • Réduire ou éliminer les espèces à haut risque de maladie dans le commerce des espèces sauvages ; renforcer l’application de la loi dans tous les aspects du commerce illégal d’espèces sauvages et améliorer l’éducation de la communauté dans les zones sensibles aux maladies sur les risques pour la santé du commerce d’espèces sauvages ;
  • Valoriser l’engagement et les connaissances des communautés locales dans les programmes de prévention de la pandémie, atteindre une plus grande sécurité alimentaire et réduire la consommation de la faune…
  • LES LEÇONS À EN TIRER

    En conclusion, le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité, la multiplication des pandémies, tout cela est lié aux activités humaines, notamment l’intensification de l’agriculture, la production de produits carnés, y compris d’espèces exotiques. 

    La COVID-19 et les prochaines pandémies pourraient n’être que l’effet boomerang de notre surproduction et surconsommation.

    Fondation Brigitte Bardot surconsommation pandemiea

     

    Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article