Lot-et-Garonne : un chien dans la poubelle, la mairie porte plainte

Publié le par Ricard Bruno

Un automobiliste a signalé la présence de la dépouille dans un container, route de Cauderoue à Barbaste.

Un automobiliste a signalé la présence de la dépouille dans un container, route de Cauderoue à Barbaste.

Le propriétaire a été identifié. La mairie a porté plainte pour maltraitance animale

Philippe Grodecoeur circulait, dimanche, route de Cauderoue, commune de Barbaste, au volant de son auto quand passant à hauteur de containers à poubelles il a aperçu les pattes d’un chien dépassant d’un amas de sacs noirs. « J’ai pensé halluciner » raconte-t-il. Ce dernier a donc fait marche arrière et a ainsi découvert la dépouille d’un labrador couleur sable qui avait été déposé là au milieu des ordures. Choqué par cette image, Philippe Grodecoeur a tenté de prévenir les collectivités locales concernées mais en ce dimanche ses tentatives ont été vaines. Il a donc posté sur les réseaux sociaux des photos de cette triste découverte. « Je ne comprends pas qu’on puisse se débarrasser de son chien de la sorte » s’indigne-t-il.

La mairie de Barbaste alertée ainsi a donc dépêché ses services techniques pour procéder à l’enlèvement du cadavre du chien. La bête étant tatouée, son propriétaire a pu être identifié. Ses explications n’ont semble-t-il pas convaincu grand monde. Le maire de Barbaste, Valérie Tonin, jugeant le procédé « indécent » a décidé de porter plainte pour maltraitance animale.

La SPA du 47 avisée de cette affaire, rappelle les obligations légales en la matière et les risques encourus par les contrevenants : « Les dépouilles d’animaux domestiques que l’on soit propriétaire ou que l’on a découvert ceux-ci accidentés sur la voie publique doivent être amenés à un vétérinaire en vue de les faire incinérer par un centre agréé. Tout dépôt de cadavres dans des bennes à ordures ou sur la voie publique est puni d’une amende de 3750€ ».

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article