Yvelines : un homme condamné pour des sévices sur des coqs de combat

Publié le par Ricard Bruno

Image d'illustration

Image d'illustration

Un prévenu a été jugé, le 19 mai 2021, à Versailles (Yvelines), pour de mauvais traitements infligés à cinq coqs.

Un prévenu a été jugé, le 19 mai 2021, à Versailles (Yvelines), pour de mauvais traitements infligés à cinq coqs.

Âgé de 32 ans, un habitant de Seine-et-Marne a été condamné à 1.000 € d’amende avec sursis. Il devra payer 800 € de dommages et intérêts à l’association Stéphane-Lamart ainsi qu’à la fondation Brigitte-Bardot. L’affaire remonte au 27 janvier 2021.

Un automobiliste est contrôlé par les gendarmes au péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines, sur l’autoroute A11. Dans son coffre, six sacs remplis de gravats. Ces sacs, fermés, remuent. Les militaires les ouvrent et découvrent, à l’intérieur, cinq coqs vivants, mais très affaiblis.

Il s’agit de coqs sumatra, une race d’origine indonésienne utilisée pour les combats de coqs, interdits en France. Selon les éléments de l’enquête, le conducteur aurait expliqué qu’il venait de les acheter à Épernon et qu’il retournait chez lui. Il aurait également justifié les conditions de transport de ces animaux par la crainte que les animaux se battent durant le trajet.

 

Il aurait également précisé qu’il ne voulait pas les destiner à des combats, mais projetait de les cuisiner une fois revenu à son domicile. Pourtant, des spécialistes ont estimé que cette viande est impropre à la consommation. Les gendarmes ont constaté que les griffes et le bec étaient limés, comme c’est l’usage pour préparer les coqs au combat.

Les deux associations avaient chacune réclamé 2.800 € de dommages et intérêts et le procureur de la République, 5.000 € d’amende. Également requise, l’interdiction définitive de détenir des animaux n’a pas été prononcée.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article