"SPECTACLE GARANTI AVEC SOUFFRANCE ANIMALE": LA FONDATION BARDOT EN CAMPAGNE CONTRE LA CORRIDA

Publié le par Ricard Bruno

Brigitte Bardot et sa fondation vont déployer près d'un millier d'affiches pour dénoncer le régime dont bénéficient les organisateurs de corrida en France.
 

La Fondation Brigitte Bardot lance cette semaine une vaste campagne d'affichage pour dénoncer la pratique de la corrida, toujours autorisée dans plusieurs villes de France. 969 panneaux seront répartis du 26 juillet au 29 août dans les principales communes perpétuant cette tradition locale décriée. Une campagne menée en réaction à la diffusion d'images datant du 14 juillet d'une corrida près de Nîmes (Gard) au cours de laquelle plusieurs bovins ont été mis à mort.

"Cela fait presque 50 ans que je lutte contre toutes ces barbaries et les conséquences ridicules d'un spectacle de la mort et de la souffrance d'un animal qui ne devrait pas avoir lieu", explique auprès de BFMTV l'ancienne actrice Brigitte Bardot, créatrice de la fondation éponyme.

L'article L521-1 énonce que le fait de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende. Mais l'alinéa 7 de ce même article prévoit que ces dispositions "ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu'une tradition locale ininterrompue peut être invoquée".

"Sur le thème de la corrida, rien ne bouge"

Béziers, Perpignan, Arles, Bayonne... Des villes où la pratique de la tauromachie est ancestrale bénéficient donc de cette exception culturelle et la perpétuent année après année.

"Notre rapport à l'animal évolue énormément, l'attente sociétale est forte, les politiques commencent à s'en rendre compte, mais sur le thème de la corrida rien ne bouge parce qu'on ne veut pas contrarier une tradition locale qui est implantée et défendue par quelques élus", avance Christophe Marie, directeur du pôle de protection animale pour la Fondation Bardot. "On ne peut pas fermer les yeux sur une pratique cruelle simplement parce qu'elle est justifiée par la tradition."

Selon un sondage réalisé par l'institut Ifop pour la Fondation Brigitte Bardot et publié en octobre 2019, 82% des personnes interrogées estimaient que tout acte de cruauté commis envers un animal devait être condamné sur l’ensemble du territoire français, sans dérogation pour la corrida.

Source de l'article : Cliquez ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article