Et Dieu créa la femme... et le mythe Bardot

Publié le par Ricard Bruno

Le 28 novembre 1956, le film de Roger Vadim, Et Dieu... créa la femme, sort au cinéma, donnant naissance au mythe Bardot.

Le 28 novembre 1956, le film de Roger Vadim, Et Dieu... créa la femme, sort au cinéma, donnant naissance au mythe Bardot.

Il y a soixante-cinq ans sortait en France le film Et Dieu... créa la femme. Roger Vadim, jeune cinéaste, propulse Brigitte Bardot comme star internationale. L’actrice devient alors l’icône de la libération des mœurs.

 

Il a suffi d’un film au parfum de scandale pour faire d’elle une superstar, un sex-symbol, l’incarnation même de la libération des mœurs... Le 28 novembre 1956, Et Dieu... créa la femme, signé Roger Vadim, débarque dans les salles obscures du pays. Deux lettres, deux initiales, vont tout changer : BB.

Brigitte Bardot, 22 ans, incarne Juliette, jolie et sensuelle jeune femme qui fait  chavirer les cœurs à Saint-Tropez. Face à elle, les comédiens Jean- Louis Trintignant, Christian Marquand et Curd Jürgens jouent  les amoureux transis. Mais Vadim, outre le fait de chambouler le cinéma en tournant en extérieur – chose rare à l’époque – fait aussi de sa muse un personnage sulfureux exprimant son désir, sa sexualité et sa liberté, comme les hommes.

Les bien-pensants crient au scandale. Les ligues de vertu aussi. Mais pour le public, il y a déclic. Dans le film, les hommes font ce qu’ils veulent sans être jugés ; alors pourquoi une femme ne pourrait-elle pas en faire de même ? Le désir féminin est exprimé à l’égal du désir masculin : c’est une révolution dans le cinéma français, mais aussi pour cette société dans laquelle les femmes n’ont, en ce temps, le droit de vote que depuis à peine neuf ans.

« Brigitte Bardot est une jeune femme de 22 ans faisant irruption dans un monde de vieux. C’est une irruption qui choque, car elle est brusque, radicale. La société française ne s’y attendait pas », écrit Antoine de Baecque dans La Nouvelle Vague : portrait d’une jeunesse (éditions Flammarion). L’image d’une jeune femme sexuellement émancipée, aussi libre que les hommes, fait plonger dans la modernité une société réactionnaire. Celle-là même qui, comme l’indiquait le plaidoyer Pour Brigitte en 1962 dans Positif, « n’entend pas qu’on lui révèle son conformisme douillet en portant atteinte à ses préjugés vitaux ».

Féminité rime avec liberté 

Brigitte Bardot bouscule alors les tabous moraux de l’époque. Féminité rime avec liberté. Elle devient un modèle pour les jeunes filles, pour les femmes. Des scènes de nu jusqu’à la séquence mythique de la danse mambo endiablée, l’actrice (du moins son personnage ingénu et provocateur) redéfinit les contours de la famille, de l’amour, des relations, du couple. « Si Dieu créa la femme, c’est BB qui l’a libérée », écrivit Yves Bigot, dans Brigitte Bardot : la femme la plus belle et la plus scandaleuse du monde (éditions Don Quichotte).

Malgré la censure qui frappe le film, Brigitte Bardot  devient la plus parfaite incarnation de la femme libre et indépendante, écrasant du talon des années de patriarcat judéo-chrétien.  Dotée d’une aura érotique aberrante pour l’époque, BB vient de donner un coup de pied dans la fourmilière, provoquant l’hystérie médiatique. Ouvrant, aussi, un débat sur la moralité, la place des jeunes dans la société et leur sexualité... Surtout celle des femmes ! 

Un long-métrage "satanique" outre-Atlantique

Même outre-Atlantique, le film de Vadim crée des vagues, provoque des remous et fait trembler l’Amérique quand il sort. Le  long-métrage y est décrit comme « satanique » (!) et les Églises catholiques et protestantes fustigent cette œuvre « qui incite à la débauche » ; elles incitent au boycott. Un archevêque va même jusqu’à acheter tous les billets du cinéma Palace Theater, à Lake Placid, pour que personne ne puisse voir le film.

Mais là encore, le bouche-à-oreille au parfum de doux scandale ramène fi nalement les foules dans les salles. Et c’est un succès au box-office... Le mythe  BB est désormais international. Son personnage est devenu symbole d’une époque, celui de femme affranchie de tout sentiment  de culpabilité, envoyant valser les tabous imposés par la société. Fin des années 1950, Et Dieu... créa la femme a changé le cinéma et les mœurs.

Brigitte Bardot confiera, plus tard, n’avoir qu’un seul mauvais souvenir : « Quand le fi lm s’est arrêté et que le rêve prenait fi n, avec ma séparation d’avec Vadim... »

Source de l'article : Cliquez  ICI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article