Saint-Pol-sur-Mer : le procès de la jeune femme accusée d’avoir jeté un bichon du deuxième étage reporté

Publié le par Ricard Bruno

La seule prévenue majeure en cause dans la défenestration de l’animal devait comparaître devant la justice le 8 mars devant le tribunal de Dunkerque. Le jugement a été reporté au 6 septembre

Aujourd’hui, le bichon va mieux. Son avocate espère pouvoir l’apporter au procès et convaincre le juge de «l’acte de cruauté» qu’il a subi.

Aujourd’hui, le bichon va mieux. Son avocate espère pouvoir l’apporter au procès et convaincre le juge de «l’acte de cruauté» qu’il a subi.

En septembre dernier, Light, un bichon de 11 ans, avait été jeté du deuxième étage d’un immeuble par trois jeunes filles de 13, 16 et 18 ans, à Saint-Pol-sur-Mer.

Sévèrement blessé, notamment à la mâchoire, le chien avait été soigné dans une clinique vétérinaire lilloise. Une cagnotte Leetchi avait permis de récolter un peu moins de 4 500 euros grâce à la générosité de 324 personnes. Sept mois après, Light garde encore des séquelles.

C’est la mère du propriétaire du canidé, Christine Bezegher, qui s’occupe de Light. « Il va mieux, mais, du jour au lendemain, la mâchoire peut lâcher, elle s’est remise de travers », témoigne-t-elle. « Il a gardé un appareil pendant trois mois. Aujourd’hui, il a arrêté les médicaments, mais il aura toujours des séquelles. » Aujourd’hui, Light va mieux.« Il est heureux de vivre. Quand il voit quelqu’un, il fait toujours la fête, il est content. »

 

Soutenu par la fondation Brigitte Bardot

Le petit chien a reçu beaucoup de soutien à la suite à son agression. « Tous les jours, je reçois des cartes postales. J’en ai reçu plus de 500, il y en a même qui viennent des États-Unis, du Canada… » Sur la page Facebook Justice pour Light, Christine Bezegher partage des photos de l’animal et continue le combat pour que justice lui soit rendue.

 

La fondation Brigitte Bardot, qui soutient le chien depuis le début de l’affaire, s’est portée partie civile pour l’audience. « C’est ignoble, il faut que ce soit condamné fermement », assure la juriste en charge des constitutions de partie civile.

La prévenue risque deux ans de prison et 30 000 euros d’amende pour actes de cruauté envers un animal, le paiement de dommages et intérêts ainsi que l’interdiction de détenir un animal.

 

Sans oublier la confiscation d’animaux qu’elle posséderait déjà. 30 Millions d’Amis et l’association Stéphane-Lamart se sont également constitué parties civiles. La jeune femme comparaîtra également pour des chefs d’outrage à quatre fonctionnaires de police, de résistance avec violences et de violences légères envers un policier.

Défense de la cause animale

C’est maître Isabelle Gharbi-Terrin qui défendra Light au procès. Très impliquée dans la défense de la cause animale, cette avocate a voué la fin de sa carrière à « réveiller la justice sur la souffrance des sans voix  . Ils sont les grands délaissés du système, alors qu’il est de la vertu cardinale de la justice de protéger les plus vulnérables. »Pour assurer la relève, l’avocate a créé son association, Défense et dignité animales, à laquelle plusieurs juristes et avocats se sont joints.

Source de l'article : Cliquez ICI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article